Categories
Loisirs

I want snow!!!

Demain, c’est snowboard à Hakuba (Nagano). -10 ℃, 260cm de neige, et il va neiger tous les jours. Je suis pas sûr que les enfants veuillent rester à jouer dans la neige tranquillement.

Categories
Vie en general

Rhume

Sorte de rhume il y a 3 jours, après avoir passé le week-end à faire beaucoup de magasins blindés de monde. 38,3 de fièvre, direction le toubib, pas que je crois qu’il va me guérir, mais pour recevoir ma dose de loxonin, des antalgiques assez puissant qu’il a fini par me donner à chaque fois que je vais le voir (euh… pas des trucs dont on devient accroc et tout non plus, hein!).

Vous toussez? -Non
Vous avez mal à la gorge? – Non
Vous avez une gêne aux poumons? -Non
Ben alors quoi? -38 de fièvre, douleur dans tout le corps (dus à la fièvre, je sais bien), et le nez qui coule.

Lui: Bon, bah un con de rhume alors. Tenez, prenez donc ça (loxonin et antibio).
Moi: C’est un virus d’après vous?
Lui: oui, c’est à peu près sûr.
Moi: mais alors pourquoi des antibio?
Lui: ben le virus, il risque bien de créer une infection quelque part. Alors autant commencer à prendre les antibio sans attendre que ça commence, hein…

Puis je lui montre un problème au pied (un pied d’athlète).

-Ohla, un pied d’athlète! Pas bon. Alors ça, c’était une bonne raison pour venir me voir. Ça donne de la fièvre ces trucs-là et non traités ça s’étend de folie. Vous voyez, il faut les prendre tout de suite les antibio de toute façon.

Je commence à bien l’aimer ce médecin.

Categories
Ryu

Photo de ryu

Photo de Ryu pour le 7-5-3. On commence à avoir un petit nombre de photos de lui en kimono. Qu’en dira-t’il plus tard? On a d’autres, où il sourit/rit (j’essaierai d’en poster aussi) mais celle-ci est ma préférée.

img008

Categories
Projet Baleine

Projet baleine, semaine 4

Début de la semaine 4 du projet baleine. J’ai pris 1 kilo la semaine dernière, 2 kilos les 3 dernières semaines (target: 7 kilos en 3 mois). 4 kilos en un peu plus de 2 mois (target: 9 kilos fin février). Je suis dans les clous, faut que je tienne le rythme maintenant.

En fait, les vacances de fin d’année me font un peu peur, parce que qui dit vacances, dit pas de resto à midi, dit perte de poids probable. Merdum, que faire. Limiter la casse?

Les séances de gym sont maintenant toutes de vraies séances, et ça commence à devenir dur, dur. Ce soir, c’est une séance “haut du corps”, ça va, c’est encore ce que je préfère. On commence par 25 kilos en devéloppé couché 1 série de 1 répétition de 120 secondes, puis 35 kilos, 1 série de répétitions de 8 secondes, répétitions à continuer jusqu’à ce qu’on n’y arrive plus. Puis d’autres trucs dans le même goût.  Mais en 20 minutes, la séance est pliée en gros.

Ça tue dans le sens où à chaque fois, vu qu’il faut aller jusqu’à l’épuisement, on finit toujours avec l’impression de ne pas y être arrivé. On finit quand même laminé (puisqu’on fait presque tous les exercices jusqu’à épuisement), et on se repose 5-7 jours pour la prochaine séance “haut du corps”.

Sinon bonne nouvelle, j’ai redécouvert la sensation de faim. J’arrive le midi, j’ai faim. Le soir, j’ai faim. Si je ne me couche pas rapidement, j’ai encore faim quelques heures après le diner. C’est très bizarre. Et je mange vraiment plus maintenant. L’estomac a dû s’agrandir.

On est sur la bonne voie! Pourvu que les fêtes de fin d’année ne casse pas le bon rythme!

Categories
Japon

Brèves de santé

Non, pas de méchanceté gratuite envers les toubs sur ce billet (ou si peu…). Juste deux, trois trucs en passant.

Je lis quelques blogs de toubs (et de véto) en ce moment. L’un des trucs récurrents qui m’ont marqués, est la palpation du corps, et avec ça la découverte d’un cancer (une boule, à un endroit bien pas comme il faut).

Et là, le flash dans ma petite tête (non, je n’ai pas de boule en moi, sauf les deux classiques évidemment, et elles ne sont pas “dans” mon corps en plus). A la visite médicale du travail, depuis 13 ans donc, à chaque fois le toubib me fait m’allonger et me palpe le ventre (du nombril à la zone juste au-dessus du pubis), genre il rentre sa main le plus profondément possible dans le corps. Je me suis toujours demandé ce qu’ils cherchaient. C’est vrai que j’aurais pu leur demander, mais parler à un toubs n’est jamais trop enchantant, surtout les médecins du travail qui -allez savoir pourquoi- sont toujours aimables comme des orks dans Donjons et Dragons.

Bon-alors-donc-n’est-ce-pas, ces toubs qui m’ont enfoncé leurs mains dans le bide cherchaient un cancer. D’accord, d’accord.

Au sujet des médecins du travail toujours. On a remarqué une constante avec des amis. A la fin de l’entretien, le médecin va toujours demander si on a quelque chose qui nous embête en ce moment (point de vue santé, hein! Sinon tout le monde va répondre en chœur “les impôts”!). Et là, quoi qu’on réponde, sa réponse sera toujours, invariablement, immanquablement, la même.
Toubs: Vous avez un truc qui vous travaille en ce moment?
Nous (patients mais pas trop): xxxx (dites n’importe quoi, “je pisse vert”, “j’ai pas été à la selle depuis 3 mois”, “j’ai un genou qui se plie à l’envers”)
Toubs: Parlez-en à votre médecin traitant.

En plus ils le disent avec un ton genre “tu me fais chier” ou “t’essaierais pas de me gratter une consult, toi?”. Ça va, oh, c’est toi qu’as demandé, merde!

Du coup maintenant je réponds “non rien” pour faire finir l’entretien quelques secondes plus tôt.

Sinon, l’autre truc qui m’a choqué dans un blog. Une toubs généraliste qui parlait de trucs qui lui arrachaient la tête. Un patient qui va la voir pour un bête rhume mais qui demandait des antibio parce que “à chaque fois ça descend sur les bronches et je reçois des antibio la semaine suivante”. Elle avait refusé parce que merde, il avait rien qui justifiait des antibio. Et la semaine suivante il était revenu: bronchite. Bah ouais. Et ça lui prenait la tête, à la toubib.

J’avoue ne pas être sûr de ce qui lui prenait la tête. J’imagine que le patient devait être bien énervé, alors peut-être ça énervait la toubs d’imaginer que le patient croyait que c’était parce qu’il avait pas reçu les antibio la semaine d’avant. Bon. Compréhensible, mais j’m’en fous après tout des sentiments de la toubs.

Mais alors, je me demande vraiment ce qu’on peut faire pour éviter qu’un rhume ne dégénère en bronchite (ou pire à échéance)? Les toubs semblent dire qu’on ne peut rien faire, sauf beaucoup se reposer, mener une vie saine, et prier que le corps se démerde tout seul. En gros, les toubs ne peuvent que guérir, pas prévenir. C’est bien dommage.

Cet hiver, pour éviter qu’il ne m’arrive ce qui m’est arrivé l’année dernière (j’ai de quoi en faire des cauchemards, vu comme j’ai douillé il y a un an!), maintenant je mets un masque chirurgical sur la tronche quand je prends le train. Histoire de pas récupérer un virus ou un microbe d’un autre voyageur. Vu que les Japonais ne se reposent pas quelque soit leur état, à moins d’avoir 38,5 de fièvre. Ça doit être un sacré nid de maladies dans ces trains surchargés.

Categories
Japon

Yashida

Avec le dernier film de wolverine qui se passe au Japon, on a enfin eu les kanji pour le nom de famille de Mariko (Yashida):

矢志田

Je me rappelle, dans mes premières années au Japon, j’avais parlé à Yukiko de ce nom de famille que bizarrement je n’entendais jamais autour de moi (mais que pourtant j’avais vu et re-vu et re-re-vu dans les BD de Wolverine (ou de Serval pour la VF originale) depuis mes très jeunes années). Elle avait bien rigolé, parce que ce nom n’existe pas. Et du coup, pas de kanji. Il me semble que Marvel n’avait jamais donné les kanji, et c’est donc probablement Hollywood qui en a décidé (?). J’ai fait une recherche google sur ces kanji, et sans surprise, jusqu’à la page 20 des résultats google, ce ne sont que des entrées pour le dernier film de wolverine. Wikipedia ne donne rien d’autre comme résultat que tout ce qui tourne autour du film. Ce nom n’existe vraiment pas au Japon.

(pour info, ce film de wolverine n’est pas génial du tout (un petit 3 étoiles?), mais est tout de même largement supérieur au précédent qui était une merde sans nom que j’avais regardée en fast-forward)

Si un jour je demande et reçois la nationalité japonaise, oserai-je demander le nom “Yashida”? Ryu Yashida pour Ryu, ça le ferait grave (du point de vue d’un occidental). Akira Yashida, un peu moins. Mais ça plaira sûrement pas à Yukiko de toute façon. <sarcasme> Tanaka, ce serait tellement mieux, hein! </sarcasme>.

(edit: après 10 minutes de réflexion, nan je crois pas que j’oserai)

Par ailleurs, avec un collègue (Japonais) on se demandait combien il y a avait de noms de familles différents au Japon, parce que “c’est bien connu”, beaucoup de gens ont le même nom au Japon. Genre, Tanaka, Yamada ou Yoshida pour n’en citer que quelques-uns. On a cherché rapidement sur Internet, et il n’y a pas de chiffres précis. Ou plutôt, il y a plusieurs chiffres.

Pour la France, il semblerait qu’il y en ait entre 250.000 et 300.000, dont la moitié portée par moins de 50 personnes (pour chacun de ces noms rares).

Pour le Japon, il y a eu trois “rapports” (un d’un journal, deux de sociétés d’édition qui ont sorti des sortes d'”Almanach des noms de famille” pour lesquels ils ont été recenser tous les noms possibles portés par au moins une personne dans toute l’histoire du Japon… <sarcasme> super… </sarcasme>).

Pour ces trois “rapports”, on a eu:
1978: 110.867 noms
1985: 133.700 noms
1997: 291.129 noms

On se croirait aux enchères. Globalement, on doit concrètement être entre le premier et le deuxième nombre, pour les noms de famille de personnes vivantes, surtout parce que le premier était une liste concrète, pas basée sur des documents d’histoire mais plus vraisemblablement de botins téléphoniques et autres statistiques d’états (c’est mon interprétation en tout cas).

En fin de compte, le nombre de noms en France et au Japon ne semble pas si éloigné, si on élimine les noms de famille Français portés par une extrême (<50) minorité de personnes. Et pourtant, on sent une plus forte homogénéité des noms de famille Japonais… serait-ce juste un sentiment basé sur un a-priori?

Categories
Projet Baleine

Projet Baleine, semaine 3

Fin de la semaine deux et début de la semaine 3, les séances de gym ne sont principalement que (quoique pas que) des mesures de perf maximum toujours, c’est pas passionant. Mais le programme se base sur ces maximums, donc c’est nécessaire.

Les “vraies” séances pulsent (gros effort sur temps super court), elles épuisent bien les muscles, mais on n’a presque pas de courbatures le lendemain, et on récupère super vite. La méthode m’avait prévenu: on épuise le muscle, et on se repose beaucoup (et on mange autant que possible) pour le muscle puisse construire de la matière. Hors de question de se casser complètement. Si le muscle est trop épuisé, il ne construit pas de nouveau tissu (en gros).

Du coup, comme je ne suis pas épuisé (sauf juste après les séances) et que je ne fais que 2 séances pas semaine, je ne ressens pas les effets le reste de la semaine.

En une semaine (pour le moment je me sers du poids du dimanche comme ref.), je n’ai pris que 200g, soit 1 kilo total les 2 dernières semaines. 3 kilos les deux derniers mois. Là où je suis vert, c’est que pendant la semaine je monte beaucoup plus haut en poids, et le week-end je perds tout. Il faut dire qu’avec notre rythme de malade du week-end, j’ai sauté le repas de midi samedi ET dimanche. Samedi soir on a eu du monde avec beaucoup d’enfants à la maison, la tête était ailleurs que dans mon assiette. Pour que je mande beaucoup, il faut que je reste concentré sur mon assiette… ça paraît con hein? Ben le week-end dernier, je n’ai pu me concentrer que dimanche soir. En gros j’ai perdu un kilo pendant le week-end. Fais chier.

Categories
Akira Ryu

Nouvelles des enfants

Akira nous a gentiment explosé notre télé il y a environ un mois. Vous savez le plasma de 140 cm de diagonale, acheté il y a 15 mois. Il lui a mis un coup de boule apparemment, pendant qu’on n’était pas dans la pièce. Enfin, c’est ce qu’il nous a dit. Enfin, c’est ce qu’on a compris dans ses explications (il a deux ans, hein!).

J’ai demandé un devis: ça coûterait plus cher de la réparer que d’en racheter une neuve. Alors, on n’a plus de tv. Et les enfants regardent beaucoup moins de dessins-animés (il y a encore le PC et l’iPad pour en regarder pourtant), et c’est très cool. On va pas se presser pour en racheter une.

Bon bon bon…

photo 1b
Ryu fait la grève des cours de français. Une heure à rester concentré assis à un bureau, pas facile ni agréable a priori. Je n’ai pas envie de le dégoûter du français (parce que heureusement il ne fait pas la grève du français tout court, ouf!), donc on ne va pas le forcer. On va juste lui dire comment c’est cool les cours de français, et qu’il devrait y retourner. M’étonnerait bien qu’on le fasse changer d’avis, mais voilà: On n’a pas trop le choix.

Bon bon bon…

photo 3
Notre au pair du moment est de la région du sud de la France, elle a un bon accent de sa région parfois, c’est assez space de l’entendre par ici.

Et elle me racontait qu’hier, quand Ryu allait tenter un truc dangereux qu’elle lui avait dit un truc genre ohlala Ryu qu’est-ce tu fais, c’est dangereux!, qu’il l’avait regardée et lui avait dit “T’inquiète” (en français, tel quel) avec un superbe accent du sud. Alors là pour le coup, carrément space.

Akira mange toujours comme 4, Ryu fait des blagues sans arrêt, les deux frères s’entendent comme deux frères (avec des pains qui volent parfois), c’est gai et dynamique à la maison, franchement on a une ambiance super saine à la maison, je suis con-tent. Dommage que leurs deux parents ne soient pas moins stressés/speedés, et explosent aussi souvent pour des conneries. Mais plus les enfants prennent de l’âge, moins on explose je trouve. Il y a espoir qu’on soit une famille 100% zen dans le futur.

photo 2

Categories
Projet Baleine

Restau quotidien

Pour mon projet baleine, les calories à prendre, je me suis mis à aller au restau tous les jours le midi. Du coup, je vais aux Bacchanales tous les jours. C’est con, mais leur bouffe est une de mes préférées au Japon. C’est con parce que on entend toujours les expat dire du bien de tel ou tel restau, dont je n’ai jamais entendu parler, ou qui ont des étoiles Michelin, etc., et que les Bacchanales ne sont pas positionnés haut de gamme (genre pas du tout du tout), et que même si les expats (ou certains expats) vont dire que les Bacchanales, c’est pas mal, je vois mal des expats mettre les Bacchanales sur un piedestal.

Ben oui, mais leur bouffe est bonne. Et c’est le seul et unique restaurant (bistrot) français au Japon qui me rappelle le goût de la bouffe française. J’ai fait quelques dizaines de restau français au Japon, celui-ci est le seul qui ait le bon goût “qui faut”. Sans rire, le goût de leurs plat, c’est exactement le goût de mes souvenirs de bouffe en France. Les viandes, les sauces, même les frites. Tout. C’est l’un des seuls retaurants où je peux finir les plats qui ont une quantité de bouffe honnête. Alors avec mon projet baleine, je ne m’en prive pas. Tous les jours je me régale, je ressors avec le ventre plein de plats variés.

L’autre jour, j’ai mangé du confit de porc. Première fois de ma vie (je crois?) que j’ai mangé du confit de quelque chose. J’étais un peu inquiet quand j’ai commandé, ça sentait la viande grasse, j’aime pas trop les viandes grasses, et on sait comme la viande grasse pullule au Japon et que au yakiniku je suis obligé de griller les viandes jusqu’à ce qu’elles deviennent noires, parce que sinon j’ai l’impression de manger du chewing-gum tellement les viandes sont grasses.

Alors le confit de porc, boudiou c’était gras! Mais c’était bon et j’ai raclé le fond de l’assiette à la fin. On peut donc faire des bons plats avec de la viande grasse. Et je croyais bêtement qu’il ne pouvait pas y avoir de cuisine plus grasse que les confits.

Puis un jour pas longtemps après, j’ai commandé le plat de porc braisé. Carrément plus de gras que de viande dans l’assiette. Mais les morceaux de viande coincés entre les morceux de gras, c’était excellent.

Puis un jour pas longtemps après, confit de canard au menu. Là je me suis dégonflé et j’ai commandé un truc à la carte, genre omelette fromage/salade/frites. Le truc de secours pour moi.

Je suis vraiment bien parti pour prendre les kilos que je recherche. C’est cool.

Categories
Souvenirs, souvenirs

Le footballeur

Année scolaire 1992-1993. Un souvenir bien en relation avec mon occupation du moment.

En terminale au lycée. On avait deux footeux dans la classe, dont un qui ne pensait qu’à ça en dehors du lycée. Notre classe finira d’ailleurs championne du lycée cette année. Je n’avais perso participé qu’aux matches de poules, parce qu’à partir du tableau final (demi ou quart de finale, je sais plus), les équipes avaient moins de joueurs, et j’étais pas dans les 5 meilleurs de la classe (en fait, ils avaient recruté un ou deux autres gars très forts d’une autre équipe de terminale qui avait été éliminée dans les poules: un peu de la triche, mais bon, c’était passé). Le gars en question, une star du foot.

Le gars était a priori sympa. J’écris a priori, parce qu’il était super intraverti. Super discret, mais avec une grosse étiquette “foot” sur le front. On ne s’est pas beaucoup parlé de l’année. Ses potes n’étaient que des footballeurs. Pas des gros bœufs, mais un peu club très réservé, sans dédain apparent. Pas “mal-aimés”, pas “m-as-tu-vu”, pas “adulés”, mais plutôt transparent.

Un week-end durant cette année, il y avait eu un tournoi de tennis à Rezé (même ville que mon lycée). Je devais être aux alentours de 15/3 cette année. Pendant que je faisais un bon match, (beau jeu et j’écrasais mon adversaire) ce gars de ma classe passait par là, m’a vu, et a regardé une partie de mon match. Entre deux points du match, en allant ramasser une balle, je suis passé pas loin de lui, l’ai vu, et il a hoché la tête, comme on fait à un camarade de classe qu’on connait mais qu’on ne fréquente pas particulièrement, qu’on rencontre par hasard pendant le week-end, pour dire bonjour.

Le lendemain matin, au lycée, le gars m’avait dit bonjour! Première fois de l’année. Et on se dira bonjour tous les jours jusqu’à la fin de l’année après ça. C’est aussi la raison pour laquelle j’avais été selectionné dans l’équipe de foot quelques mois plus tard.

J’avais trouvé ça très bizarre (assez pour que je m’en rappelle encore, 20 ans plus tard), mais ça m’avait fait plaisir. On s’est pas rapproché pour autant et le gars est resté largement transparent pour moi; je ne me rappelle plus ni de son nom ni de son prénom, et je n’ai aucune idée de ce qu’il a fait après le lycée.