Categories
Electronique/IT/AV/Net

Androidzzzz

Après 1 ou 2 semaines d’utilisation du Z1 (j’ai déjà oublié depuis quand je l’utilise), quelques remarques.

Pas mal de points négatifs, mais assez de points positifs pour ne pas vouloir retourner à l’iPhone.

Les points positifs: plus de iTunes!! Je peux enfin faire un copier-coller de ma musique sur la carte micro-SD, et hop, j’ai toute ma librairie dispo sur le téléphone, classée avec les BONS tags, et respectant l’arborescence que j’ai créée sur mon PC. Ça a l’air de rien, mais iTunes me foutait toujours une merde pas possible et cassait tout, quand il ne m’effaçait pas carrément toute ma musique sur le téléphone. Franchement, c’est un plaisir formidable. Rien que pour ça, je ne veux pas retourner sur l’iPhone.

La batterie tient bien plus longtemps. 3 jours. Sur l’iPhone, c’était 1 jour.

L’écran est grand (5 pouces contre 4 pouces), le plaisir de lecture est décuplé. Je lis beaucoup de gens dire que le Z1 est trop grand, et ben… non, je le contrôle d’une main sans problème. Je dois avoir des grandes paluches. C’est que je fatigue un peu plus, mais je préfère quand même comme ça.

Il y a moins de bugs. Un comble. Sur IOS 7, tous les jours j’avais des applis qui se fermaient en panique, et le téléphone rebootait tout seul 1-2 fois par semaine. Android 4.2 et les applis actuelles dessus sont plus stables.

Les points négatifs maintenant.
Impossible d’avoir les claviers Français/Américain/Japonais en même temps. Je peux avoir Français/Américain ou Américain/Japonais, mais pas les 3 en même temps. Donc j’ai choisi Américain/Japonais, donc j’ai plus les accents dans ce que je tape.

Y’a peut-être une appli de clavier pour ça?

Le langage de la bête. Pour avoir le clavier japonais, je dois mettre le langage du téléphone en Japonais. Le problème, c’est que la plupart des applis regardent ce réglage et se mettent automatiquement dans la même langue. Donc toutes mes applis sont en japonais. Oh, j’y arrive bien, mais ça me prend 2 secondes au lieu d’une pour lire un menu. Multipliez par 30 pour chaque menu de chaque appli qui a des options à n’en plus finir, je perds un temps fou et ça m’énerve beaucoup.

Y’a peut-être une appli de clavier pour ça?

Les réglages de la bête. C’est peut-être moi qui suis bête sur ce coup, mais je ne suis pas encore arrivé à bien régler le son/vibration pour chacune des fonctions du tel (tel, sms, mail, musique). Ça parait pourtant pas compliqué en voyant le menu. Je me rappelle que sur Android 2.3 j’avais eu du mal aussi, alors quee sur l’iPhone j’avais réussi du premier coup à avoir ce que je voulais du premier coup.

Il faut y passer 5 minutes bien concentré je suppose!

Ensuite, toujours au sujet des réglages, on dirait qu’il n’y a aucun moyen de régler quelle appli peut afficher quel message, où, quand. Sur l’iPhone, c’était le pied. Là, par exemple, je n’arrive pas à faire le tel m’afficher les sms autrement que en tout petit en haut de l’écran pendant une seconde. Autant dire que si je rate la vibration annonçant un nouveau sms (d’ailleurs on dirait qu’il ne vibre même pas), ben je rate le sms. En gros je rate tous les appels et tous les sms pour le moment.

Y’a pas moyen de faire des réglages sur ça comme sur l’iPhone?

Enfin… le tel est sur Android 4.2. Sony a sorti la version 4.4, mais l’operateur pas encore. Apple publiait tout direct et l’opérateur n’avait rien à dire. Là, il faut que Google sorte une version, que le fabricant sorte une version, et que l’opérateur sorte une version. Ça prend un an!! Et eencore, quand l’opérateur et le constructeur sortent une version…

Justement, j’étais intéressé par la smartband de Sony sortie récemment… et ben non, il faut la version 4.4 pour pouvoir s’en servir. Sony a sorti la v4.4 sur le Z1 il y a 2 mois, mais aucun signe de mon opérateur pour la v4.4.

Bon… je roote ou je roote pas? Quelqu’un sait si les APN restent en place après un root?

Conclusion: le Z1, très satisfaisant. Pas révolutionnaire par rapport à l’iPhone, mais je retournerai pas tout de suite sur l’iPhone. Je sais pas bien ce qu’il faudrait que Apple fasse pour que je retourne chez eux.

Et la tablette Z2, elle est toujours aussi formidable! Elle par contre est révolutionnaire par rapport à l’iPad, dû à l’utilisation que j’en fais.

Categories
Travail-A

News du boulot

Ma chef s’en va dans une autre division, et à moi, son bras droit, on me propose de reprendre son job avec rien en retour. J’ai dit non, et j’étais énervé (mais je suis resté poli, on n’est pas des sauvages, hein!).

Petit retour en arrière.

En 2006, dans ma précédente boite, ça fait plus de 6 mois que mon adversaire de carrière a déclarer forfait et est parti, et que j’assume toutes les fonctions qu’on peut attendre d’un manager. En 5 ans (en 2005), on a eu une demi-douzaine de “acting IT manager”, tous des gens non-IT, c’est à dire des gens qui venaient de nos divisions finance, gestion, RH, business development, etc. Que des gens qui ne comprenaient pas grand chose à l’IT, qui croyaient que c’était pas bien compliqué, et qui s’étaient portés volontaires pour le job de IT manager en plus de leur propre job.

Ils s’y sont tous plus ou moins cassé les dents, sans trop de fracas, mais ça les a tous gonflé. Alors ils nous ont laissé nous dépatouiller tous seuls (notre chef de Hong Kong nous supervisant à distance) mais ils se disaient bien qu’ils voulaient un manager local. Ils ne pouvaient nommer personne dans l’équipe, puisque moi et mon collègue (un connard de Chinois que je rêvais d’étrangler) étions en guerre, et nommer l’un ou l’autre aurait fatalement rendu l’autre fou furieux.

Et mon sale con de collègue est parti en 2005. Moi, j’attendais qu’on me nomme rapidement manager, mais non! Le contrôleur de gestion de la boite, numéro 2 de la boite, me trouvait trop jeune et voulait chercher quelqu’un à l’extérieur. Ça m’a drôlement vexé, et je me suis inscrit (en juin 2005) chez un recruteur qui venait juste de me contacter.

Pendant que ma boite faisait passer des entretiens pour le job de manager, moi j’envoyais des candidatures via mon agent pour trouver un autre job.

En Janvier 2006, j’ai passé le premier entretien avec ma boite actuelle. Une semaine après, ma boite me disait qu’ils avaient bien trouvé de bons candidats pour le job de manager, mais qu’ils coûtaient deux fois plus cher que moi, et qu’ils ne seraient pas aussi rapidement efficaces que moi qui commençais à connaître la boite en profondeur (6 ans à développer tous les nouveaux systèmes de gestion pour toutes les divisions, des centaines d’heures de hearing avec toutes les divisions….bon…). Alors ils avaient donc décidé, dans leur grande générosité, de me nommer manager, sans augmentation. Le contenu de mon job restait le même que celui que j’étais déjà en train de faire, parce que je faisais déjà le job d’un manager. J’ai dit oui sans rien négocier, car je savais que j’allais partir. Et 5 mois plus tard, en Juin 2006, je partais pour ma nouvelle boite à leur grande surprise. Ils n’ont pas compris pourquoi je partais, et je n’ai pas tenté de leur dire. C’était tellement évident que si ils n’avaient pas déjà compris, je n’aurais pas pu leur dire sans paraître mesquin. Et je n’avais aucun intérêt à me plaindre.

Après deux ans dans ma nouvelle (actuelle) boite à naviguer dans quelques divisions, en 2008 donc, j’ai intégré la division dans laquelle je suis toujours.

Après une scission de la boite en 2010 et un gros shuffling pour nous aligner sur l’organisation globale de la boite, je me suis retrouvé… dans la même division, mais 3e vétéran de l’équipe (avec pourtant seulement 2 ans d’ancienneté dans l’équipe). Le 1er vétéran était une maman en temps-partiel, le 2e vétéran fut nommé manager, et le manager me nomma team leader.

C’est une constante dans ma boite: toutes les équipes ont un manager et un team leader qui fait les basses besognes pas faciles et chronophages. Quand le manager quitte l’équipe, le team leader devient le manager. Toujours! Enfin presque…

En Mai 2011, notre manager quitta la boite. Moi, je me voyais déjà manager, et d’ailleurs le reste des équipes au Japon aussi. Je me suis démené comme un fou pour remplir les fonctions de manager pendant deux mois (que des trucs que je savais pas, j’ai morflé!), et là, bam, notre N+2 nomme la fille qui était en temps partiel manager! J’ai pas bien compris, mais j’ai été super vexé.

Donc ma nouvelle boss venait une heure plus tard que moi le matin, repartait pas mal d’heures avant moi le soir, avait un super titre, un rang plus haut que moi grâce à cette promotion, donc un salaire plus haut, et elle aussi a bien morflé les premiers mois, parce qu’elle avait un train de retard par rapport à moi qui avais essuyé les premiers feux. Et elle m’a nommé… team leader. Ah bah oui, à moi encore les basses besognes chronophages, remplaçant ma chef quand elle n’est pas là (après 16h30 tous les jours donc), etc.

Notre N+2 de l’époque a alors changé (au lieu d’une femme à Hong Kong, on a eu une femme en Australie). Notre nouvelle N+2 avait le titre de manager (alors que notre précédente était directeur), et elle n’a pas aimé que ma N+1 soit manager aussi. En fait, elle l’a appelé team leader pendant tout son règne. Mais ma N+1 avait toujours son titre de manager sur sa carte de visite, et sur l’organigramme de la boite.

Et donc, retour au début de l’histoire, ma N+1 arrête le mois prochain, et ma N+2 me dit que je suis le seul à pouvoir remplir la fonction de mon ex-N+1, donc elle voudrait que je fasse exactement son boulot. MAIS, non elle ne peut pas donner le titre de manager parce que l’équipe est trop petite (même taille depuis 4 ans), elle est elle-même manager donc ça ferait bizarre (ça a bien marché ces 2-3 dernières années pourtant), voilà quoi. C’est pas possible, dit-elle.

MAIS… elle veut me nommer…. team leader! Sans bond de salaire, sans bond dans l’organigramme, rien. Mais elle dit que “team leader”, c’est un super titre, que ça fera bien dans mon CV, que c’est un bon signe d’évolution de carrière dans la boite, etc.

Nan mais, sans rire. Ça va pas bien, hein. C’est quand même la 3e fois qu’on veut me nommer team leader. La 3e fois qu’on essaie de m’enculer. La 3e fois où le job/titre/salaire de manager me passe sous le nez sans bonne raison (en comptant la fois dans mon ancienne boite).

Alors d’une façon très polie, j’ai dit à ma N+2 (qui devient ma N+1 dans quelques semaines, comme pour mes collègues au Japon) que sa proposition, elle pouvait se la mettre… sous l’aisselle, dira-t’on.

J’ai refusé. J’ai dit non. J’ai dit que j’avais aucun problème pour faire le boulot et que j’en étais capable, mais qu’avec ce titre pourri, c’était non. Que d’ailleurs son titre de team leader, j’en voulais pas. Ou plutôt que j’en avais rien à foutre, parce qu’il n’a de façon évidente aucune valeur. Mais que de toute façon, le job de manager, je le ferai pas sans le titre. Point. La négociation n’a pas duré longtemps, j’ai dit non, non et non, et ma N+2 a continué sur son hors-de-question de donner le titre de manager.

Résultat des courses:
– Je suis vexé. Je vais y aller calmos sur les heures supp pendant un bout de temps maintenant, parce que à quoi bon se démener si pas de promotion alors que le management trouve que j’ai ce qu’il faut pour faire le boulot du manager?

– Ma N+2 (bientôt N+1) se retrouve avec plus de travail. Ben oui, le travail que j’ai refusé de récupérer, il faut bien que quelqu’un le fasse. Et personne localement au Japon n’en veut. Déjà que ma N+2 était surchargée de travail…

– Mes collègues Japonais vont être verts. Ils ont un anglais suffisament bon pour faire leur travail, mais pas assez pour aller se plaindre constament de conneries à la N+2/N+1 qui ne parle pas japonais. Nan parce que là, ils se privent pas avec notre N+1 japonaise. Mais là ils auront plus personne à qui se plaindre. Et qu’ils viennent pas à moi, parce que ma réponse va être cinglante.

– Les autres divisions au Japon: pareil. Ils demandaient des trucs à notre N+1 (des trucs normaux qu’on demande à un manager), mais là ça va les faire chier de devoir le demander en anglais à quelqu’un qu’ils ne connaissent même pas.

Donc, pas une seule personne de satisfaite. Bravo, belle performance.

Moi, ma carrière est finie dans cette boite. Je ne serai pas considéré comme remplaçant de ma chef en Australie si elle part (il y a deux autres team leaders dans l’équipe, un à Hong Kong, l’autre en Inde). Donc, c’est probablement fini pour moi. Mon rang n’augmentera pas, je resterai staff jusqu’à la retraite ou jusqu’à ce que je quitte la boite. Seul mon salaire augmentera tous les ans, ce qui me donnera un salaire correct.

Je sais bien que je prends le risque de rater des occazes de carrière avec ce refus. Mais là, j’en ai marre. Je me suis fait avoir déjà 3 fois. Avoir des espoirs de reconnaissance de la hiérarchie à partir de maintenant relèverait du délire.

Et de toute façon, quand la même merde vous arrive 3 fois, il faut se dire que c’est de sa faute, pas de celle des autres. Il y a quelque chose chez moi qui fait que les gros chefs ont envie de m’enculer. Je vais y réfléchir quand j’aurai le temps (après la retraite!), mais pour le moment, tant pis! Ça fait des années que je me démène, que je fais le beau comme un chien, que j’en fais plus que ce que je dois, et je n’ai décidemment rien en retour. Message bien reçu.

Categories
Electronique/IT/AV/Net

Z2, ZL2 et Z1

Bon, mon précédent post a tellement de fautes que j’ai hésité à l’effacer.

Docomo va fournir le Z2, donc déjà le titre du précédent post est faux. Accessoirement, l’info était déjà confirmée/reconfirmée/rererereconfirmée sur le web, j’ai pas beaucoup cherché, hein…

Ensuite, il y a une autre GROSSE différence entre le ZL2 et le Z2: l’écran. Le ZL2 utilise la même technologie que le Z1 (VA) alors que le Z2 utilise une technologie bien meilleure (IPS). J’ai lu la différence entre les 2 technologies il y a quelques jours mais j’ai déjà tout oublié, seule la conclusion m’intéressant: l’écran du Z2 est bien meilleur que le Z1 et que le ZL2. Beaucoup franchement vraiment meilleur.

En fait, le ZL2 n’a de mieux que le Z1 qu’un meilleur processeur, plus de RAM et plus de ROM. L’écran est rigoureusement le même, le poids aussi, il est plus gros, il est beaucoup plus laid, et il est beaucoup plus cher.

Aucun intérêt d’acheter le ZL2 pour moi et quiconque ne joue pas aux derniers jeux avides de puissance de processeur! Le ZL2 va coûter dans les 70000 JPY, alors que le Z1 coûte moitié moins (il est sorti il y a 7 mois, pensez! Il est vieux! (sarcasme)).

Bon, je vais acheter un Z1 et revendre mon iPhone 5S pour plus cher que ce que va me coûter le Z1.

C’est fou d’ailleurs comme les téléphones android semblent perdre leur valeur SUPER vite! Le Z1 coûtait entre 70000 et 90000 JPY selon les opérateurs il y a 7 mois, là on le trouve à 30000 JPY, neuf, sans aucun problème. Je crois que je vais me mettre aux vieux téléphones (vieux = 6 mois d’âge, hein) si c’est toujours comme ça.

Categories
Electronique/IT/AV/Net

Le Xperia Z2 japonais sera le ZL2

AU a annoncé ses nouveaux téléphones (saison été). Un nouveau tel pour Sony comme j’espérais, mais ce n’est pas le Z2 comme j’espérais, mais le ZL2 !!

Alors le ZL2, par rapport au Z2 a ces différences:
– Plus petit:
Z2: 146.8 x 73.3 x 8.2 mm
ZL2: 137 × 72 × 10.8 mm (moins long, à peine moins large, plus épais)
– Un dos bombé (genre comme le HTC One (M8) ?)
– Un écran plus petit (5 pouces contre 5.2 pouces pour le Z2)
– Une batterie moins puissante (3000mAh contre 3200mAh pour le Z2)
– La télé numérique (que le Z2 n’a pas)
– Le porte-monnaie électronique (que le Z2 n’a pas)
– Plus de Flash (32GB contre 16GB)
– Pas aussi résistant à l’eau et la poussière (IPX5/IPX8/IP5X contre IP58)
– Plus lourd (167g contre 163g)
– Compatible avec beaucoup plus de bandes
– Compatible avec WiMAX2+

Pour info, AU offre du LTE en 150Mbps (couverture très limitée) et du WiMAX2+ à 110Mbps (couverture très limitée). La couverture en LTE à 50M est, elle, super développée (genre n’importe où dans la capitale), je le vois avec mon iPhone actuel.

Donc, merde. J’aurais préféré le Z2, sauf pour la compatibilité des bandes évidemment.

Plus petit: mouais, ok, tant mieux, mais j’m’en fous un peu
Dos bombé: mouais, ok, tant mieux
Un écran plus petit: bordel de merde, je voulais mes .2 pouces en plus !!
Batterie moins puissante: merde, merde, merde!
La télé, porte-monnaie élec: rien à foutre du tout!!
Plus de flash: Super!
Pas aussi résistant à l’eau et la gadoue: rien à foutre
Plus lourd: merde! Mais c’est que 4g, alors j’m’en fous.

Bon. Un peu déçu, mais ça sera quand même une belle bête.

La page Sony Mobile japonaise sur lui, c’est ici.