Les futurs ex-voisins

Je m’étais dit que j’arrêterai de poster des articles négatifs sur le blog cette année. Mais avec le déménagement qui arrive, c’est une occasion de faire le point sur deux, trois trucs, et l’un d’eux ne peut hélas qu’être négatif.

Ci-dessous, florilège de ce que j’ai entendu ces 8 dernières années, par mes voisins actuels (que je quitte bientôt). TOUTES des femmes. TOUTES des retraitées à plus de 70 ans maintenant. Les hommes du quartier sont soit morts, soit grabataires, soit sympas et ferment leur gueule.

– Vous triez bien vos poubelles? (bien mieux que ma femme Japonaise, oui)

– Le plastique, ça suffit pas de le laver et de le mettre dans un sac plastique, il faut le mettre dans une poubelle qui ferme. (j’ai répondu que je voyais pas un corbeau s’attaquer à mon plastique lavé et sans odeur, et que le bouquin de la mairie sur le tri sélectif ne disait rien de la sorte, mais on m’a répondu “nan mais on a décidé comme ça dans le quartier”)

– Arrêtez de sortir vos poubelles à minuit. Vous risquez de réveiller des gens. A minuit, on dort. Sortez les à 6h du matin, ou en tous les cas avant 8h, et SILENCIEUSEMENT (bien en majuscules dans la VO).

– Vos poubelles sont vraiment très grosses (en faisant une gueule de réprobation et bien sûr en ne me regardant pas dans les yeux).

– Vos poubelles sont trop grosses, elles risquent d’empêcher le camion-benne de faire demi-tour (note: n’importe quoi!). Mettez-les là-bas (20m plus loin. En hiver par 0 degré, en sautant du lit, avec une poubelle de 90 litres faisant 20 bons kilos, je peux vous dire que je m’en rappelle bien de celle-là.)

– Un jour que quelqu’un avait jeté un sac poubelle à l’endroit des poubelles, mais sans le mettre DANS une poubelle, les corbeaux avaient fait un massacre (genre même dans un film d’horreur tu mets pas une scène comme ça). Je reviens du boulot pour trouver un mot assassin au marqueur scotché sur ma poubelle, du genre: “NE METTEZ PAS VOS SACS POUBELLE EN DEHORS DES POUBELLES. RESPECTEZ LES REGLES ET SOYEZ UN PEU PLUS RESPECTUEUX DE VOS VOISINS. SIGNE: UN VOISIN” (c’est à dire: une engueulade anonyme).

Il se trouve que c’était notre sale connard d’au pair anglais du moment qui l’avait fait (donc oui, c’était notre responsabilité pour le coup. Mais était-ce bien nécessaire de sauter directement à l’engueulade publique et anonyme?). Pourtant on lui avait expliqué maintes fois à ce SOB d’anglais, mais comme c’était un sale connard il s’en foutait totalement. Ça faisait 5 ans qu’on habitait là, on a jamais créé quelque problème que ce soit au niveau des poubelles, mais quand un truc arrive, forcément c’est le sale étranger du coin qui respecte rien et ça mérite une engueulade en règle. Ils pouvaient pas venir m’en parler, non, il fallait m’incendier annonymement à la vue de tous. Je vous dis pas comme j’ai vu rouge ce jour-là.

– En été, je sors de la maison avec les enfants. “Mais mettez-donc un chapeau à vos enfants!” (j’ai répondu “non ça ira”. J’ai pensé “mais de quoi je me mêle!”).

– En jouant au ballon avec les enfants devant la maison (qui est dans une impasse je le rappelle, aucune voiture ne passe). “Mais allez donc jouer au parc” (j’ai répondu “non pas envie”. J’ai pensé “mais de quoi je me mêle!”).

– En été, 17h. On joue au ballon avec les enfants devant la maison. Une grand-mère hyper vieille (90 ans je crois) vient nous voir. Elle reste deux minutes à nous fixer. Et pour la première fois depuis 7 ans que je la croise au moins une fois par semaine, elle a parlé. Je lui ai dit bonjour au moins une fois par semaine pendant 7 ans, elle ne m’a JAMAIS répondu et m’a TOUJOURS dévisagé en ne souriant JAMAIS. Et ce jour, avec la même sale tronche que d’habitude, elle a parlé! Et elle m’a dit: “vous faites du bruit, j’arrive pas à dormir. Arrêtez.”. A 17h, elle, elle dort. Et mes enfants la dérangent. 17h, ça me parait bien tard pour faire la sieste, et bien tôt pour le dodo du soir. Pas de “s’il vous plait”, pas de “désolé”, pas de sourire, rien. Juste “Dégage”.

A noter que je la vois parler avec d’autres voisins régulièrement. Mais moi, elle me déteste (ou elle a peur de moi, allez savoir, mais j’en doute).

– On a des lumières pour éclairer notre parking et l’arbre devant chez nous. Une mamie du quartier vient me voir un jour “Elles sont bien vos lumières. Vous pourriez les laisser allumer toutes les nuits? Ça ferait fuir les voleurs.”. Moi: “C’est bien gentil, mais ça me paraît un peu inutile, et puis 5 ampoules allumées 10 heures par nuit, à la fin ça me coûter un peu quand même.”. Et elle qui commence à négocier! Genre “ouais mais pensez un peu au quartier, ce serait mieux quand même, etc”. (Nan mais oh! J’ai le droit de décider si j’allume mes lumières ou pas, bordel! Bref, j’ai meême pas répondu à ses négociations, et elle est repartie vénère!)

– (A ma femme) “Dites, c’est votre tour de faire le nettoyage et le rangement des poubelles du quartier cette semaine” (normalement entre 9h et 10h du matin). Ma femme qui se fend en excuses “désolée je travaille, je sais que c’est embêtant et injuste, je suis une grosse égoïste etc” et tout le tralala tatemae habituel Japonais. Et la grand-mère en face qui se déchaîne genre “oh oui c’est bien égoïste, on fait comment nous, hein? Pourquoi vous ne le faites pas hein, vous habitez ici aussi, hein, vous devez partager les règles du quartier hein, pourquoi ça retombe sur nous, hein, nous qui sommes si agées et qui l’avons fait en permanence pendant des décennies, hein, vous, vous arrivez et vous ne respectez pas les règles, hein”.

– A l’époque où on avait le Land Cruiser. Pas facile de manœuvrer dans notre impasse. Je demande à la voisine si quand je sors la voiture, je peux enlever les pots de fleur qui empêchent de rouler sur une partie de l’impasse bloquée par ces pots de fleur pour pouvoir sortir plus facilement le 4×4 (pas rouler sur sa propriété, hein! C’est un bout de route qui donne sur 5 maisons dans l’impasse). Je demande par politesse, c’est tout. Sa réponse: “Non. C’est pas une route publique, la mairie l’entretient pas. Elle a été payée il y a une dizaine d’années par les 5 maisons sur laquelle elle donne, pas par vous, donc vous l’utiliserez pas.”.

Sympa, hein? Le 4×4 on ne l’utilisait que le week-end. Leur route était goudronnée, un truc bien robuste. Le bout de route avait 10 ans, il était toujours nickel, genre à ce rythme il va en falloir du temps pour devoir le refaire. Mais non. Interdiction de faire rouler les deux roues arrières du 4×4 dessus pendant que eux l’utilisent tous les jours.

J’arrête là. Il y en a eu d’autres. Je ne veux plus habiter dans un quartier où il n’y a que des femmes retraitées. Tu m’étonnes que les hommes du quartier soient morts ou grabataires ou super sympa. Cotoyer des furies en permanence, on doit rapidement devenir mort ou grabataire ou super sympa avec les autres.

This entry was posted in Japon, Maison. Bookmark the permalink.

0 Responses to Les futurs ex-voisins

  1. Mouli says:

    Je ne sais pas pourquoi mais je les imagine toutes avec des cheveux violets.

  2. ben1 says:

    Eh ben, ça donne une autre vue du Japon un peu moins reluisante… Comme quoi la vieillesse ça arrange rien.

    Ca me fait un peu moins de peine de pas encore vraiment parler japonais 😛

    J’espère que vous réussirez votre déménagement !

Leave a Reply

Your email address will not be published.