5 mois

J’arrive à la fin de mon 5e mois de congé, les jours passent et se ressemblent. En un sens c’est préférable pour les enfants, c’est mieux qu’ils aient un rythme régulier. Et comme c’est moi qui les encadre 90% du temps en semaine, et ben moi aussi j’ai un rythme régulier. Au moins je dors beaucoup, de ce point de vue là, j’en profite.

Je me rappelle quand je travaillais, je me disais “Ah si j’avais des congés longue durée, qu’est-ce que je pourrais étaler comme boulot pour la maison”. Ouais… ça marche que les premières semaines, ça. Après on n’en fout pas plus que quand on travaillait. Ceux qui veulent/peuvent en faire beaucoup feront beaucoup, les autres non. Ça tient pas à avoir un travail qui prend “tout son temps” ou toute autre excuse. Bon j’en fais un peu tout de même, mais bien loin de ce que je m’imaginais. Le temps s’est rafraichit, l’humidité de l’été a disparu, les bestioles aussi, c’est le bon moment pour aller dehors. On va voir ce qu’on peut faire pour le jardin… on va voir.

Sinon j’essaie de reprendre le tennis. J’ai trouvé un bon club (bien loin de ce qu’on appelle un “club” en France) avec 40 courts, et des cours pas bondés. Vu qu’il n’ont aucun système de classement au Japon (sauf les… 1000 (?) [EDIT: 1700] meilleurs nationaux qui ont un numéro entre 1 et 1700, de ce que j’ai compris), on doit s’évaluer avec un classement maison du club, sur une échelle entre 1 et 14. J’ai lu les descriptions des niveaux. A 14, c’est numéroté international. A 13 c’est numéroté national. J’ai dis “bah niveau 12 alors”, d’après la description de leur fiche c’était à peu près ça. Enfin mon niveau d’il y a presque 20 ans. Leur réponse: “on a personne de ce niveau, donc pas de cours”, ahahah. Ça commence mal. Finalement je vais essayer un cours de niveau 8, on va voir…

J’ai aussi trouvé des tournois, y compris avec des niveaux vétérans. Il n’y en a pas des masses, ils sont chers (80 €) et ils se jouent sur un seul week-end (avec à priori des matches en un seul set sauf la finale). Je vais essayer d’aller m’y frotter, gonflé d’espoir de faire un carton. On va voir…

Le job ne me manque pas. Je confirme qu’on vit très bien sans travailler. C’est surtout les à-côtés qui manquent, la bouffe un peu, les collègues (sympas) pas mal, et aussi le rythme un peu soutenu qui entretient une illusion de dynamisme et de but dans la vie (mais c’est une connerie d’illusion, hein! Il n’y a rien de tel en fait). C’est un peu Matrix en fait. Un peu beaucoup même, on se demande si Matrix n’était pas une allégorie du travail, avec des machines sans âme qui nous suce notre énergie tout en nous maintenant dans une illusion débilitante.

Ma date de retour n’est pas définie, mais je vais devoir prendre une décision bientôt. Soit je reviens dans les prochains mois, soit je prolonge de beaucoup (pour des raisons techniques et bassement concrètes). Mon toubs me conseille de prolonger… Au Japon c’est généralement une bonne idée de suivre l’avis d’un toubs qui vous demande de vous arrêter, vu que c’est rare qu’ils le demandent… on va voir…

The time is now

Vu que je suis en congé pour quelque temps, je vais essayer de reprendre le blog un peu plus sérieusement. Après tout, j’ai plus de temps qu’avant. Moins de motivation, mais plus de temps.

Je ne vais pas faire un résumé de tout ce qui s’est passé; d’abord je ne m’en rappelle plus, et puis c’est moins drôle que de parler du présent.

Je ne vais toujours pas parler de l’actualité, puisque maintenant je ne me tiens même plus au courant – j’entends par là que je ne lis plus les journaux en ligne (j’ai appris par une blague nulle sur facebook que Rocard était mort il y a une semaine… c’est nul que j’aie été mis au courant d’infos bien plus insignifiantes plus rapidement, genre un shooting au Minessota aux US ou les 70 ans de Sylvester Stallone) .

Sans surprise les thèmes seront les mêmes qu’avant.

Je lisais la bio Wikipedia de Rocard (je le fais souvent pour les personnalités récemment décédées) qui annonce presque d’entrée “issu d’une famille de la moyenne bourgeoisie”… Le gars passe un bac scientifique en 1946, rentre à L’IEP de Paris l’année suivante, passe ses étés en Angleterre, intègre l’ENA en 1956, papa est professeur chercheur à Normale Sup…

Moyenne bourgeoisie? Et c’est quoi la haute bourgeoisie à cette époque alors? Bon, c’est Wikipedia alors ça vaut ce que ça vaut, c’est à dire pas beaucoup plus que n’importe quelle feuille de choux qui se revendique canard. Mais quand même. Qu’il ait été moyen ou haut, je trouve ça écœurant d’injustice d’avoir juste eu les moyens de faire tout ça à cette époque et qu’on présente ça comme rien de spécial puisque maintenant tellement de gens font de même, que 80% des nouveaux jeunes passe un bac et que beaucoup vont jusqu’à bac +5. Je me dis qu’il y a forcément toujours le même genre d’injustice dans le même domaine (éducation) ou d’autres, sans que je les repère. Mais celle-ci (grosse éducation avant ou juste après la 2e guerre mondiale), je la vois très souvent dans les bio des personnalités récemment décédées (sauf celles des artistes!).

Bref, je n’étais pas parti pour écrire sur ça, mais voilà l’un des intérêts des blogs: on peut diverger sur n’importe quoi et choisir le titre après. Pas comme sur cette merde impersonnelle de Facebook où on balance juste une info en vitesse… écrire deux paragraphes relève de la prouesse. Au mieux, certains croient que mettre un lien vers leur blog à chaque nouvel article est une bonne idée, mais c’est inutile (et c’est même du spam à mon avis); si le blog m’intéresse, il est dans mon client rss. Sinon, c’est pas un lien à chaque nouvel article qui va m’encourager à aller voir le dit blog. Un message par an pour rappeler que le blog trucmuche existe suffirait.

BREF! J’essaie d’être de retour et d’écrire plus souvent. A bientôt alors.

Un coyote à la plage

On déménage!

L’occasion faisant le larron, après avoir sauté le pas, on se rend compte qu’on croûle sous les raisons de déménager (sur lesquelles je ne vais pas m’étendre). Ou bien est-ce une auto-justification?

On déménage pas loin de la nouvelle école de Ryu, à 10 minutes à pied. C’est à dire qu’on déménage à Kamakura. C’est à dire près de la plage (20 minutes à pied), en pleine nature (il y a plein de petits bois partout), entre les temples (la densité de temples ici donne l’impression qu’on est à Kyoto).

Enfin, nous quittons la ville! Ras-le-bol du béton, même si c’est pratique d’y vivre, que tout est proche et qu’il y a plein de choses à faire, c’est froid et pas adapté aux enfants. Perso je viens de la campagne (banlieue sud de Nantes, c’est la campagne), et je trouve que c’est mieux pour les enfants qu’une grosse métropole comme Yokohama, qui pourtant était déjà mieux que Tokyo. Juste pour préciser, j’adore Yokohama. J’ai toujours aimé cette ville, beaucoup plus que Tokyo. Mais Kamakura, ça va être chouette. Quel dommage que Darma ne soit plus avec nous! Comme elle aurait aimé cet environnement! (snif)

Donc voilà, on va être à la campagne, dans un petit village de 173.000 habitants (lol) pour 40 km2. Pour comparaison, Nantes fait 291.000 habitants pour 65 km2, et le village de mon enfance 18.000 habitants pour 31 km2 (et il n’y avait pas autant d’habitants il y a 30 ans). Oui, je sais, 173000 ça semble beaucoup, mais quand on sort de Tokyo/Yokohama, 173000 habitants, on a l’impression qu’il y a juste un bourg et c’est tout.

Une grosse différence que je ressens déjà: l’amour des habitants pour leur ville. C’est dingue le nombre d’habitants de Kamakura que je rencontre qui sont ouverts/joyeux et clament bien haut qu’ils aiment leur ville et le Shonan (le nom de la région – notez que Kamakura est par contre dans la même région administrative que Yokohama, c’est à dire Kanagawa). J’ai rarement entendu quelqu’un parler de sa joie d’habiter Yokohama ou Tokyo (à part moi – j’adore Yokohama). Bon, et il y a aussi beaucoup de personnes agées/bien traditionelles qui vont sûrement me prendre beaucoup la tête, mais globalement, vu les voisins que j’ai eus ces 8 dernières années, ça va être difficile de me prendre plus la tête que ce que ça a été.

Alors la plage, c’est cool. Vous voyez, le titre de mon blog prend du sens maintenant. Un coyote à la plage. J’espère que personne n’avait confondu avec “plagiaire”, parce que je ne plagie personne.

Ensuite, il y a les bois. J’adore me balader dans les bois, ça va être formidable. Notre maison est collée à un petit bois qui n’est globalement pas ouvert au public (le serait-il que personne n’y viendrait, puisqu’il ne contient pas de temple!) et il n’y a aucune séparation entre le bois et notre jardin. Sympa. En plus, les anciens proprios m’ont montré deux, trois trucs sympa à propos de ce bois, j’ai pris un cours d’histoire pour le coup. Ceux qui viendront chez moi, il faudra que je vous montre un truc époustouflant à propos de ce bois.

Bon, j’ai PLEIN de choses à dire sur cet évênement qui va marquer la vie de toute notre famille. Et d’abord et surtout, avec la rénovation aventuresque de la ruine qu’on a achetée. Le déménagement commence fin Mars, et devrait finir en Mai/Juin. Je vais vous saouler avec cette affaire.

News en vrac

Ryu adore notre poinçonneur. Comme on peut l’attendre d’un enfant de 5 ans, il essaie de tout poinçonner. Hier, il a essayé de poinçonner des chips.

####################################

On a vendu notre Land Cruiser. Ce fut toute une (courte) aventure qui mériterait un billet à elle seule. Entre le moment où on a décidé de le vendre (samedi à minuit) et la signature du contrat de vente: 15 heures (dimanche à 15h). Et on l’a vendu au prix que je voulais, c’est à dire le prix où on l’a acheté. J’aurais pu en tirer plus si je l’avais vendu à un particulier, mais là ça aurait pris beaucoup plus de temps.

On se retrouve avec uniquement notre vieille mini, dont le contrôle technique est dans un mois, et il devrait coûter bien cher. Je dois justement aller prendre une quotation pour savoir combien ça coûterait. On sait pas encore si on va la garder, si on va en changer, pour quelle voiture, etc.

####################################

Ryu a passé la nuit chez un copain le week-end dernier. Un sleepover, dans une famille franco-japonaise (dont la mère est prof de français). Son premier, à 5 ans. Et en plus il a dormi avec son copain et pas les parents. Perso je trouvais ça un peu risqué et je ne l’aurais pas autorisé, mais Yukiko oui. Tout s’est bien passé apparemment. Avec seulement un enfant à la maison le soir chez nous, c’était calme!! Le lendemain, après être revenu chez nous, Ryu était un peu bizarre quand même. Genre distant et calme. Mais le jour suivant, il était de retour à la normale.

####################################

Ryu a prononcé un “R” parfaitement. Il a dit “Ryu” en français, et la prononciation était parfaite. Formidable! Accessoirement, Ryu et Akira n’ont aucun problème avec les sons nasaux, genre “in” ou “en”. Akira apppelle d’ailleurs toujours son doudou “lapin” et rarement “usagi”.

####################################

“Game of thrones”: excellente série TV! Pas facile à regarder dans le train sur ma tablettte, avec toutes les scènes de cul et les décapitations qu’il y a. Comme la série n’est pas finie, je m’arrête à la seconde saison, et vais attendre que la série soit finie pour regarder le reste. Je vais donc devoir attendre 2 ou 3 ans 🙁

J’ai appris que la série “Burn Notice” était finie. J’ai chargé les saisons que j’ai pas encore vues, et vais finir de regarder cette série, pas formidable au demeurant….

Bêtes petits problèmes de santé

Depuis ce matin, je vois des fantômes, c’est agaçant!

Par fantôme, je ne parle évidemment pas de spectres ou d’autres trucs d’outre-monde, mais de double. Non, je ne vois pas double non plus.

Vous savez quand vous fixez une lumière plus ou moins forte pendant longtemps? Quand vous regardez ailleurs, la lumière forte que vous regardiez est toujours dans votre champ de vision pendant quelques secondes (si possible d’une couleur éclatante comme violet ou rose), bien que de bien plus faible intensité, et elle se dissipe rapidement, en quelques secondes.

Et ben j’ai la même chose, mais avec toutes les lumières que je regarde. Et même pas que les lumières, n’importe quoi qui est un minimum plus lumineux que le reste (genre un reflet de lumière sur un mur en marbre brillant ou sur un montant de porte en alu, un écran d’ordinateur, etc) reste imprimé sur ma rétine pendant 3-4 secondes. En fait, dès que je tourne la tête, j’ai un truc en plein milieu de ma vision qui gêne.

Qu’est-ce c’est que cette histoire, sans blague! En espérant que demain ce soit parti…

Ça fait un ou deux mois que j’accumule les conneries dans le genre, la semaine dernière c’était un torticoli, la semaine d’avant c’était un nerf coincé dans le dos qui me faisait une putain de douleur au bas du dos, avant c’était le rhume des foins (foutus cyprès japonais) avec obligation de me mettre un masque chirurgical sur la tronche en permanence pour pas m’asphyxier, etc., il y a toujours un truc, ça commence à bien faire! (d’un autre côté c’est aussi un peu comique) Je suis pourtant pas hypocondriaque.

Heureusement j’ai jamais rien de grave, c’est que des trucs bénins, mais gonflants. Surtout quand ils s’accumulent ou viennent les uns à la suite des autres.

Rhume

Sorte de rhume il y a 3 jours, après avoir passé le week-end à faire beaucoup de magasins blindés de monde. 38,3 de fièvre, direction le toubib, pas que je crois qu’il va me guérir, mais pour recevoir ma dose de loxonin, des antalgiques assez puissant qu’il a fini par me donner à chaque fois que je vais le voir (euh… pas des trucs dont on devient accroc et tout non plus, hein!).

Vous toussez? -Non
Vous avez mal à la gorge? – Non
Vous avez une gêne aux poumons? -Non
Ben alors quoi? -38 de fièvre, douleur dans tout le corps (dus à la fièvre, je sais bien), et le nez qui coule.

Lui: Bon, bah un con de rhume alors. Tenez, prenez donc ça (loxonin et antibio).
Moi: C’est un virus d’après vous?
Lui: oui, c’est à peu près sûr.
Moi: mais alors pourquoi des antibio?
Lui: ben le virus, il risque bien de créer une infection quelque part. Alors autant commencer à prendre les antibio sans attendre que ça commence, hein…

Puis je lui montre un problème au pied (un pied d’athlète).

-Ohla, un pied d’athlète! Pas bon. Alors ça, c’était une bonne raison pour venir me voir. Ça donne de la fièvre ces trucs-là et non traités ça s’étend de folie. Vous voyez, il faut les prendre tout de suite les antibio de toute façon.

Je commence à bien l’aimer ce médecin.

Le bonheur (si je veux?)

Je lisais la page (en anglais) de wikipedia sur le bonheur, et ai beaucoup aimé ce passage; il liste les critères essentiels du bonheur, c’est à dire qu’on est plus heureux quand on a plus de:

1/ Pleasure (tasty food, warm baths, etc.),
2/ Engagement (or flow, the absorption of an enjoyed yet challenging activity),
3/ Relationships (social ties have turned out to be extremely reliable indicator of happiness),
4/ Meaning (a perceived quest or belonging to something bigger), and
5/ Accomplishments (having realized tangible goals).

Que je traduirais par (ce qu’il y a entre parenthèses ci-dessous n’est pas du tout la fidèle traduction de ce qu’il y a au-dessus):
1/ Plaisir (sensitif: bouffe, bain chaud, etc)
2/ Engagements (dans une passion ou activité qui vous donne toujours du challenge)
3/ Relations sociales
4/ Compréhension du sens de sa vie (ou du moins de sentir qu’on fait partie d’un grand tout)
5/ Accomplissements (tangibles)

Pour être honnête, à 20-25 ans j’avais beaucoup plus de tout que maintenant. A mon avis je ne suis pas le seul. Ça collerait bien avec le fait que beaucoup regrettent leurs jeunes années (les années étudiantes en particulier), alors que pourtant logiquement ça n’a pas de sens: on peut faire beaucoup plus quand on est plus agé que 20-25 ans.

J’aime beaucoup cette liste. Si je me mets à fond dans le snowboard et que je regarde 200 films par an, c’est peut-être pour essayer de combler un manque.

Autres détails importants que j’ai relevés: la génétique jouerait un rôle important dans le bonheur. Il paraît qu’on nait inégaux dans ce domaine. Perso je n’y crois pas trop, mais je m’en souviendrai.

Pour être plus précis, le bonheur aurait grosso-modo (tout est grosso-modo ici, on est loin d’une science exacte!) une composante génétique (donc), une composante extérieure (ce qu’il y a dans notre environnement qu’on ne contrôle pas), et la composante de nos actions propres. L’influence de l’environnement extérieur serait faible, celle de la génétique et de nos actions serait énorme.

Enfin les théories des scientifiques de tous bords, des théologues (aarrgghh!), des philosophes, sont nombreuses et ont toutes des théories qui plus ou moins sont limitées, ou ne tiennent pas la route, sont incomplètes, etc.

“Virus” ?!

J’ai travaillé beaucoup ces deux dernières semaines, le corps était fatigué. J’ai enchainé samedi dernier sur une fête sportive organisée par une des écoles privées que Yukiko vise pour Ryu, en plein air. Il a fait frais ces derniers jours, mais là, c’était la canicule. J’ai bien cuit. En plus, j’avais un nerf coincé dans le dos qui me faisait une grosse douleur dans les reins et dans la jambe droite. Bref, que des petits bobos, pauvre de moi, ahlala, etc.

Mais samedi soir, j’avais 38,2 de température. Ah. Bon, loxonin pour baisser la fièvre et calmer les douleurs. Dimanche matin, ça allait à peu près, quoique gros mal de crâne, et la tête qui tourne. Bon, re-cachet pour faire calmer les douleurs, et le dimanche ne s’est pas trop mal passé.

Mais dimanche soir, 38,6 de température. Bon, re-re-cachet pour faire baisser la température et calmer les douleurs qui se généralisaient un peu partout dans le corps, et promesse à moi-même d’aller voir un toubs le lendemain.

Lundi matin: 39 de température. Un record pour moi. Une douleur fabuleuse dans tout le corps, atténué par le fait que j’étais tellement comateux que j’arrivais à peine à parler et à me tenir debout.

Visite chez le toubs, radio des poumons (sujet à risques), pas de vomit, pas de toux, de diarhée? Verdict: un virus.

Ça me tue un peu ce genre de diagnostique; quoi comme virus? Qu’est-ce qui va se passer maintenant? les rechutes? etc… Mais non, rien de la part du toubib. Des loxonin et des antibiotiques à prendre en série, jusqu’à ce que la fièvre disparaisse. Le boulot? “Bah tu fais ce que tu veux, hein…”. Certes. Puisque les congés maladie n’existent pas (c’est pas tout à fait vrai, mais concrètement c’est comme si), pas besoin d’avis médical, et donc le toubs s’en fout (moi aussi je suis censé men foutre).

Aujourd’hui mardi, la fièvre est retombé à 37, soit presque rien, mais les symptômes ont toujours l’air d’être là: fatigue, mal de crâne, tête qui tourne, etc., quoique j’espère que ces symptômes ne sont dû qu’au fait que le corps a été malmené pendant 3 jours, déshydratation, etc.

Demain, retour au boulot j’espère, parce que j’ai plus beaucoup de congés annuels à gaspiller sur un “virus” (dont on ne saura jamais le nom).

Photo d’ensemble

nc12

Je rappelle que le Land Cruiser est plus grand que moi. Et la mini, on a presque du mal à rentrer dedans.

Vu la différence de taille entre les deux voitures, en cas de choc frontal bien violent, le gars dans la mini pourrait se prendre le moteur du Land Cruiser en pleine gueule, pendant que le moteur de la mini irait s’incruster sous le Land Cruiser.

Il n’y a plus de place sur notre parking, donc tant pis pour la RX-8 (ou la FairLady), on ne l’achètera pas encore.