Cadeau d’anniversaire

J’ai reçu mon cadeau d’anniversaire de mes parents, un peu en avance (pas la peine de me le souhaiter encore, c’est le mois prochain, mais merci de l’attention), lors de leur visite pendant la golden week (une des raisons de mon silence radio pendant cette période).


C’est un casque, oui. Mais atっtention! C’est un casque sans fil, et qui décode le DTS et autres encodages sonores (et essaie de les restituer au mieux). Bon évidemment, question sonorité ça n’a pas le même impact que des enceintes, mais comme je devais faire sans…(un bébé dans la maison, plus une maman aux abois avec mes films de gun, mon home theater était condamné d’avance). Par contre, c’est infiniment supérieur à un casque basique, et c’est peut-être le casque le plus confortable qu’il m’ait été donné de mettre sur la tête. Je sors de deux heures de films sans douleur aucune. Pensez que même avec une batterie qui tient…longtemps (Sony dit 10 heures, mais je n’ai pas testé le casque dix heures d’affilée pour tester), le casque est plus léger que l’ancien (filaire) que j’avais. Et pourtant, l’autre n’était pas un casque premier prix, loin de là.

Le coup du sans fil, c’est assez formidable. Je peux me balader dans toute la maison, je reçois le signal sans problème. Ça va être terrible d’écouter de la musique peinard où que j’aille. Franchement, un excellent casque!

Par contre, je ne pourrai pas l’utiliser quand Yukiko ne sera pas à la maison (ou dormira) mais Ryu oui…car je n’entendrais pas Ryu m’appeler. Avec ce casque on peut vivre dans son monde peinard, mais on est un peu trop peinard :sad: Quand j’y repense, on a un micro one-way pour écouter la pièce de bébé, alors que lui ne peut pas nous entendre (vous voyez de quoi je veux parler…je ne connais pas le nom en français, mais tout le monde doit en avoir). Ce micro, j’aurais dû en acheter un qui s’allume avec plein de diodes quand le bébé pleure ou crie…Ça existe, on en a vu, et ça m’aurait bien aidé sur ce coup. :evil:

Réf: MDR-DS7000 (Site Sony japonais)

Visite à la famille

Souvent au Japon, les femmes qui viennent d’accoucher rentrent habiter chez leurs parents pendant quelques jours/semaines. Je ne vais pas m’étendre sur le sujet, le pourquoi du comment des racines ancestrâles de ces coutumes (allez plutôt lire Wikipedia, qui ne va pas vous en apprendre beaucoup. Il vous faudra savoir lire le japonais, et si vous savez lire le japonais, les chances sont grandes que vous sachiez de quoi je parle [le “satogaeri”, ou 里帰り]).

Yukiko n’est pas rentrée après son accouchement. Et pour que ses parents aient l’occasion de voir Ryu pendant plusieurs jours, ainsi que pour tout simplement marquer le coup et montrer Ryu à toute la famille “de là-bas” (parce qu’il s’agit de Saitama quand même, c’est pas la porte à côté pour nous, hein!), et bien Yukiko est rentrée cette semaine chez ses parents. Ce fut toute une histoire de l’y accompagner, mais j’en parlerai (ou pas) dans un prochain billet.

Se séparer de ma tendre femme et de mon fils adorable me fend le cœur. Je manque de mots pour exprimer le manque et la solitude que je ressens le soir en revenant dans une maison vide. Ils me manquent déjà, c’est affreux.

Ouais.

Cependant, c’est quand même ‘achement cool de pouvoir passer mes soirées à mater des films sur mon plasma géant avec les enceintes qui crachent le feu, à bouffer n’importe quoi (de préférence pas équilibré) et à dormir avec les chats qui me ronronnent dans la figure.

Pas fou non plus le frelon.

Des photos arrivent

J’ai enfin réussi à trouver un peu de temps pour inspecter les photos prises pendant la période de fin d’année…vieux motard que jamais. Il y aura des trucs variés comme…la bûche de Noël.

Oui, enfin non, elle n’avait pas la forme typique d’une bûche, mais au goût je vous assure qu’on ne voit pas la différence.

Puis il y aura des photos de la famille.

Puis des photos des chats.

Que des trucs sympa, quoi.

Cadeau de Noël

Je ne vous ai pas dit ce que j’ai reçu de Yukiko pour Noël? J’ai reçu une Wii. C’était sympa avec la famille qui était là, la Wii est sympa quand on est plusieurs à y jouer.

Mais une fois la famille partie, je n’ai pas eu le courage de m’y mettre tout seul. Ils sont partis le 6 janvier, et mi-février, je commençais à me dire que la Wii était en train de se transformer en presse-papiers. Il se trouve que je ne suis pas un joueur; j’ai une PS3, mais je l’ai achetée pour regarder les films en Blu-Ray (je n’ai qu’un jeu dessus, et je n’y joue absolument jamais). J’avais bien essayé une fois de jouer à la Wii tout seul (une fois la famille partie); j’avais allumé la Wii, m’était installé sur le canapé, avait pris le pad en main…puis avant même de commencer le jeu, ça me gonflait, alors je m’étais levé et avais éteint la TV et la Wii. Motivation pour jouer: zéro. J’ai vraiment d’autres choses à faire qui m’intéressent bien plus.

Après permission de Yukiko, j’ai revendu la Wii aux enchères Yahoo 😳 Oh, c’est pas bien de refourguer les cadeaux qu’on a reçus, je sais…Mais Yukiko avait conscience qu’une Wii n’était pas super bien indiquée pour moi, et le concept de jeter l’argent par les fenêtres n’est pas au goût du jour.

Heureusement pour moi, la Wii a de la valeur sur le marché de l’occasion. La Wii, les deux jeux et quelques accessoires que j’avais achetés avaient une valeur d’environ 40000 JPY (334 €), et j’ai réussi à revendre le tout pour 33000 JPY (275 €). Bon, ça fait toujours 7000 JPY de perte, mais c’est toujours mieux que 40000 JPY de perte, et puis on s’en est servi un peu pendant les vacances tout de même.

A la place, j’ai acheté un nouveau moniteur. Mon ancien moniteur de 19 pouces avait près de 5 ans d’âge, et même si il marchait toujours bien, j’en voulais un plus grand (et puis Mitsubishi, c’est une compagnie que j’ai un peu pris en grippe ces derniers temps).

Mon moniteur de 19 pouces avait coûté 90000 JPY (750 €) à l’époque, mais les prix des moniteurs se sont littéralement effondrés récemment. J’ai donc opté pour un moniteur…de 26 pouces (25,5 exactement) de chez Samsung, au prix de 35000 JPY (292 €) chez Yodobashi Camera, avec 7000 JPY de points pour un achat futur.

Un moniteur 26 pouces, ça change la vie quand on est devant son PC. Au début, normal, j’ai de sacrés problèmes à utiliser toute la place disponible. Mais ça commence. J’ai même commencé à utiliser les gadgets de Vista, qui m’horripilaient avant sur mon moniteur 19 pouces. Maintenant, ils ne sont plus dans mon champ de vision, alors ils ne me dérangent pas.

L’édition de photos est assez agréable sur un grand écran; je me suis découvert une forte envie d’en apprendre plus sur Photoshop (j’ai même commandé un bouquin sur le sujet).

Les films sur cet écran sont un vrai plaisir à regarder, bien plus que sur le 19 pouces.

Et alors le design est assez différent de tout ce que j’ai pu voir chez les autres fabriquants. On aime ou pas, car c’est assez typé, mais moi j’aime beaucoup.

Enfin, on peut trouver parfois de mauvais commentaires sur cet écran, comme par exemple l’angle de vision qui est assez restreint (150 degrés), mais franchement, en me servant du PC ou en regardant des films, je n’ai pu vérifier aucun des problèmes mentionnés sur le net par d’autres utilisateurs (l’angle de vision par exemple…). Pour l’instant (une semaine d’utilisation), je ne trouve aucun défaut à ce moniteur. Pourvu que ça dure.

La photo de janvier

La flemme en janvier n’a pas eu d’égale par le passé. Mais en février, je suis bien parti pour la dépasser.

En janvier, on n’a pas pris de photos de Ryu. Un comble. Heureusement, Yukiko a commencé à souvent rencontré son ex-prof de français pour un échange discussion en français/discussion en japonais, et son ex-prof a pris Ryu en photo, à côté de son propre fils, né un mois avant Ryu.


L’autre bébé est aussi un enfant mixte français-caucasien/japonais (le sujet de savoir si les japonais sont une race unique est ouvert aux opinions), et les deux bébés ne se ressemblent pas du tout; couleur de la peau, forme de la tête, cheveux…Mais les deux sont beaux, et ils se sont, paraît-il, beaucoup appréciés l’un envers l’autre. C’est le premier copain de Ryu!

Visite d’une amie

Le week-end du 29/30, c’était au tour d’une ancienne amie de Yukiko de venir. Leur rencontre remonte à longtemps, car elles se sont connues dans leur premier emploi à la sortie de l’université. C’était une grosse boite (une filiale de Toshiba), et comme dans presque toutes les grosses boites -surtout à l’époque- il y avaient beaucoup de nouveaux rentrants chaque année. Les nouveaux entrants avaient droit à un stage commando de formation professionelle (car chacun sait que l’université ne forme à rien, sauf qu’au Japon ils le reconnaissent et les entreprises se sont adaptées depuis longtemps). En plus, Yukiko avait habité avec elle pendant quelques temps au dortoir de leur compagnie; ça créé des liens.

Vous vous rappelez d’elle? Elle était à notre mariage, et nous avait même fait un speech avec son mari (maintenant ex).

Elle nous a offert un pancho et un bonnet à oreilles pour Ryu. C’est mignon.

Les bébés grandissent!

Vous vous rappelez du couple d’amis que nous étions allés voir en début d’année car leur bébé était né quelques semaines avant? Ils sont passés chez nous il y a deux semaines.

Le week-end d’il y a deux semaines, c’était sport. Ça m’a rappelé le boulot. C’était le premier week-end après la naissance de Ryu où on recevait des gens. Samedi, c’était trois collègues de Yukiko…dont l’une ne put pas venir pour cause de grippe. Moi j’était tellement crevé de ma semaine que pendant leur visite, j’ai été faire une sieste de deux heures 😳 Et puis on a oublié de prendre des photos.

Le lendemain (dimanche), c’est là où ça posait problème, c’était la visite de deux personnes: mon ex-boss de Hong Kong, et Christian. Mais j’avais oublié la visite de mon ex-boss, car il me l’avait dit 1 mois plus tôt, sans jamais me le rappeler. Avec Christian, ça avait été décidé une petite semaine avant. J’avais une seule soirée avec deux couples qui devaient venir. Oops. Alors j’ai attendu que ça se décante tout seul. Et finalement, Christian m’a appelé la veille ou deux jours avant pour me dire qu’il ne pouvait pas passer car sa petite était malade.

J’ai alors contacté mon ex-boss pour confirmer sa venue, et il m’a répondu que sans nouvelles de ma part, il avait prévu autre chose, me pensant débordé par tout ce qui pouvait bien se passer dans notre vie avec la venue de Ryu. En fait, il n’avait pas tort, mais la raison concrète, c’était que j’attendais que ça se décante.

Du coup, on n’avait plus personne à la maison le dimanche. C’est alors qu’un camarade de mon DESS m’appelle samedi soir pour me dire qu’il est en visite à Yokohama pendant le week-end, et qu’à son retour pour Tokyo, il passerait bien nous voir. Il est donc passé avec sa petite famille.

On a donc Ryu à gauche, 2 mois, et E. à droite, 11 mois. Les deux avec les fesses entre deux cultures.

C’est fou comme ça grandit. E. marche (avec de l’aide), elle met de la nourriture d’adulte dans sa bouche (c’est plus du goûtage que de l’alimentation). Formidable. On y sera dans 9 mois.

Le miel et les abeilles

Que nous n’ayions pas pu aller faire du snowboard le week-end dernier tombait presque bien en fait, puisque cela nous a permis d’aller à la petite réunion à laquelle nous avaient convié des amis pour présenter leur bout de chou, née il y a juste un mois (la veille ou l’avant-veille de notre troisième réveillon…).

Le papa est français, la maman est japonaise (j’aimerais bien dire leurs noms, mais comme ce sont des personnes discrètes en général…je préfère pas dire). Allez, tous ceux qui sont d’avant la P10 connaissent le papa, ça donne un bon indice tout de même 😉 (du moins pour ceux qui savent).

Les parents sont en parfaite santé, et le bébé est déjà assez cool pour faire le V de la victoire (ou de la paix, selon les cultures ). Bon, elle le fait dans le mauvais sens, mais elle a plein d’années pour apprendre. Plein d’années qu’on lui souhaite pleines de bonnes choses!

Et puis en discutant, on a appris quelques tuyaux. Déjà on a appris que selon l’arrondissement où on habite, les frais médicaux de l’enfant sont remboursés à 100% jusqu’à un certain âge X (X dépendant de l’arrondissement). Là où nos amis habitent, les frais médicaux sont remboursés jusqu’à l’âge de 15 ans. Il semblerait qu’à Yokohama, ça soit jusqu’à 12 ans, mais c’est à vérifier.

Et donc samedi dernier, ce fut rencontre franco-japonaise, entre les amis français et les amis japonais, et ce fut donc un samedi vraiment excellent, à plusieurs points de vues.

We Want Snow!

Ce fut une idée lancée par une collègue de Yukiko. Les parents de cette amie sont des fous de ski, ils ont acheté une résidence secondaire à la montagne, et y vont toutes les deux semaines entre décembre et avril (si il y a de la neige) depuis qu’elle est toute petite. L’amie de Yukiko est donc une super-pro fan de glisse.

Elle-même s’est mise au snowboard l’année dernière, et en ce moment “s’entraîne sur les sauts”. Bonjour le niveau! Pour moi, la seule fois de ma vie où je suis allé aux sports d’hiver, c’était il y a 3 ou 4 ans, avec des amis, pour une demi-journée. Eux avaient choisi le ski, moi j’avais pris le snowboard. J’avais mis 2 heures à pouvoir me lever et rester en équilibre à peu près quelques secondes, et m’étais fêlé une côte (une mauvaise chute en avant, et mon lecteur mp3 dans la poche de ma veste avait tenté de se frayer un passage entre mes côtes).

Là, tout le monde est parti directement pour le snowboard. Trois n’en avaient jamais fait, deux n’avaient jamais été aux sport d’hiver, une était une pro. Yukiko sait skier, mais est loin d’être une pro.

Je n’avais pas envie de louer tout mon équipement, et je n’avais pas envie non plus d’aller chaparder à droite à gauche de l’équipement, donc j’ai été acheter une combinaison (et des gants et un bonnet). J’aurais bien voulu acheter la planche et les boots, mais j’ai finalement préféré ne pas me donner le budget (combi + gants + bonnet + planche + boots = grosse douille pour le porte-feuille). Je vais attendre les soldes pour la planche et les boots.

Personne n’avait de voiture, deux n’avaient pas le permis, une avait le permis mais n’avait jamais conduit de sa vie, et Yukiko…préfère me laisser conduire. On a donc loué une voiture (une assez grosse) et j’ai fait toute la route aller-retour jusqu’à la préfecture de Niigata. On y est allé le samedi 29 (départ à 6h du matin), et on est revenu le dimanche 30 (arrivée vers 20h chez nous). On a surfé le samedi de 14h à 18h (donc ça a fini en “by night”), et le dimanche de 11h à 13h (on s’est couché vers les 2-3h du matin).

Les filles sont tout le temps restées tout en bas de la piste (elles n’ont pas fait une seule remontée), avec notre super-pro leur faisant office de prof, et moi en grand égoïste j’ai enchaîné les descentes. Bien entendu, j’ai loué les boots et la planche…une sorte de gros paquebot bien lourd, bien vieux de plusieurs années, et abimé de partout 🙁

Maintenant, je sais bien freiner, et descendre du côté gauche. mais alors du côté droit (quand le dos est face à la descente), je n’y arrive toujours pas bien. Ça m’empêche de faire des descentes rapides et smooth. Alors j’ai passé tout mon temps à bosser mon équilibre et mon freinage de ce côté droit. J’ai enchaîné les chutes, à vue de nez j’ai dû tomber plus d’une centaine de fois en 6 heures.

On a eu un temps terrible; la première journée, c’était sous la pluie. 4h de snowboard sous une pluie battante, ça vous marque. A la fin des 4 heures, j’ai bu un coca-cola sorti tout droit du distributeur automatique, et j’ai trouvé qu’il était tiède 😯 … Et la combinaison qui est censée être imperméable n’a pas tenu le coup; elle a bien tenu pendant 3 heures, mais la dernière heure je l’ai faite complètement trempé. Mes compagnonnes n’ont pas eu ce problème, donc je suppose que mes nombreuses chutes (ou mes nombreuses remontées mécaniques) ont causé ce problème.

La deuxième journée, c’était sous la neige et dans le brouillard, et c’était déjà bien plus agréable. Mais j’étais tellement fatigué de la veille que je ne contrôlais plus mes chutes. J’en ai eu deux ou trois bien douloureuses, car tout simplement je tombais comme une masse. Alors je l’ai joué plus cool que la veille.

Je suis sorti de ce week-end avec des courbatures comme j’en ai rarement eu. En fait, j’ai déjà eu de telles courbatures (dans des tournois de tennis de folie, voire même quand j’avais eu la mauvaise idée d’en faire deux en parallèle), mais pas à autant d’endroits différents au même moment. En dehors des pieds, j’en avais (et ai toujours au moment de l’écriture de ce billet) partout; les mollets, les cuisses (quad, ischios, adducteurs, abducteurs), les abdos, tout le bras (y compris l’avant bras), tout le dos, et même les doigts de la main et le cou! J’ai du mal à mettre une veste tout seul tellement je ne peux pas lever les bras. Ces deux jours m’ont appris une toute nouvelle forme de douleur, même si je connaissais déjà toutes ces douleurs locales prises une à une. Vivement que je retente l’expérience, c’était beaucoup de fun!

Et puis j’ai pu passer le week-end avec quatre jeunes filles (dont ma femme), c’est toujours quelque chose que j’apprécie beaucoup. Et puis on a été au sentō (bains publics), ça faisait des années que je n’y avais pas été…ce fut la séquence nostalgie.

Tout le monde a l’air de s’être bien amusé, alors il est fort possible qu’on y retourne dans 3 semaines. Vais-je acheter une planche pendant ce laps de temps?

Les autres photos prises sont sur ma galerie de photos, mais on n’en a prises que très peu.