Categories
Electronique/IT/AV/Net Vu dans la Presse

Pirates de musique

On parle beaucoup des labels (“maisons de disques” en français?) qui traquent inlassablement ceux qu’ils appellent “les pirates”, les gens qui téléchargent illégalement la musique (et la bonne répartie de la part du public étant de demander “mais qui sont les vrais pirates?”). On parle pas mal aussi, mais moins, de la SACEM, organisme chargé de la collecte des droits d’auteur perçus lors des diffusions en public des œuvres de ses adhérents (qui sont en gros la totalité des artistes). La SACEM a eu quelques coups d’éclat, comme l’affaire “Adieu monsieur le professeur“. Outre-Atlantique et outre-Manche, il y a semble-t’il eu des affaires bien plus retentissantes (et moi je tombe des nues en apprenant ces affaires avec des années de retard).

On a eu l’ASCAP (l’équivalent de la SACEM pour les US) qui a intenté en 1996 des procès aux scouts car ceux-ci chantaient autour de feux de camp des chansons répertoriées dans le catalogue de l’ASCAP. L’ASCAP a finalement abandonné, dû apparemment à la trop mauvaise publicité publique.

On a le PRS (l’équivalent de la SACEM pour le Royaume-Uni) qui a exigé le paiement de droit d’auteur à des mécano auto, qui écoutant la radio trop fort en faisait bénéficier leurs clients; il s’agissait d’une représentation publique selon le PRS. Le PRS a renouvelé le coup pour une association caritative qui faisait chanter des chansons de Noël à des enfants dans la rue.

Le même PRS a envoyé une facture a une femme propriétaire d’une écurie (12 chevaux), car elle laissait la radio allumée pour ses chevaux. Le PRS a considéré que du fait de la présence d’employés, même sans clients, cela tenait de la représentation publique.

Et puis l’ASCAP est revenue à la charge. Cette fois, celle-ci estime que les sonneries de téléphones portables qui sont des reproductions de chansons qui sont sur son catalogue (i.e. tous les tubes du moment propres à être transformés en sonnerie de téléphone portable), représentent des performances publiques des dites chansons, à chaque fois que le téléphone sonne. C’est donc en toute logique (!) que l’ASCAP a attaqué les diverses compagnies de téléphones portables qui mettent la technologie nécessaire à la reproduction des tubes à disposition de leurs clients.

La SACEM a encore du chemin a faire avant d’atteindre une telle bêtise, y viendra-t’elle un jour? En attendant, je ne vous raconte pas comme les industries de la musique sont en train de se faire haïr par monsieur-tout-le-monde.

Categories
Humour Vu dans la Presse

Le retour du Jedi

Il paraît qu’il n’était pas venu en France depuis une trentaine d’années (je plaisante)…tout le monde connait Qui Gon?

Mais si, vous savez, c’était le maître de Obi-Wan Kenobi, qui se fait trucider par un cornu qui a soudé deux sabres laser ensemble. Voici une phote de Qui Gon (c’est celui sur la gauche):

En voici une autre pour être bien sûr:

Et bien, quand j’ai vu la photo ci-dessous, un instant j’ai crû y voir Qui Gon:

Mais à lire les journaux français, on a plutôt l’impression que tout le monde veut l’appeler “Darth Kadhaf” (en référence au cornu “Darth Maul” et à l’évadé des Men in Black “Darth Vader”).

Alors, côté clair, côté obscur ?

Categories
Vu dans la Presse

Journalistes sarcastiques

Qu’on ne vienne pas me dire que les journalistes n’ont pas d’humour grinçant.

Dans le journal (français), le titre de l’article suivant était “Le vétérinaire a perdu la main”.

C’est à Taïwan que ça s’est passé. Le vétérinaire de ce zoo devait être fatigué et pendant les soins qu’il prodiguait, a dû chatouiller le croco là où il ne fallait pas. Donnez la main, et il vous emporte le bras…

Le problème était de récupérer le bras vite pour 1/le “recoudre” rapidement et 2/ éviter que le croco ne le bouffe.

Les fléchettes tranquillisantes n’ont rien fait, le croco tenait bon. Un flic sur place a alors trouvé le croco un peu pâle, et il lui a donné du fer (ie deux balles dans le corps). Le croco a alors accepté de redonner le bras.

Après l’opération chirurgicale, les médecins ont donné 80% de chance de succès au vétérinaire de garder son bras.

Categories
Vu dans la Presse

Ridley Scott est un troll

La chute de Ridley Scott dans mon opinion n’a plus de limite. J’ai appris hier qu’il s’agissait en fait d’un troll.

Ridley Scott était un génie à ses débuts. Après avoir fait le premier film d’Alien, il avait enchainé peu après avec Blade Runner. Deux films mythiques, deux films de génie. Ce gars était génial. Et puis il a commencé à nous balancer des films indescriptiblement nuls (Gladiator), ou sans queue ni tête (White Squall), ou bien outrageusement propagandistes (Black Hawk Down), ou bien carrément ennuyeux (Someone to watch over me). Avec quelques films pas mal tout de même au milieu, comme Thelma and Louise ou Matchstick Men. Chose “curieuse”, ses films stupides marchent du tonnerre au box-office.

Et voilà que je croise une interview de Ridy sur le site de la BBC. Un vrai troll ce type. Comment l’ai-je reconnu ?

Le syndrôme du “Je veux pas dire X, mais quand même, X”. Exemple d’application de ce principe par un troll:

“Je veux pas être insultant, mais tu es un gros con”. Personne n’est dupe quand on entend ça, mais il y a toujours des crétins pour le dire! C’est hilarant! Ou alors, dans le style de Ridley Scott:

“Je veux pas critiquer Hollywood parce que j’y travaille, mais ils font de la merde”.

Ouais, sûr. Toi le premier, Ridy. Et heureusement que tu ne critiques pas Hollywood, parce que je me demande ce que ça aurait donné.
(Ridley Scott content de lui-même)

Ensuite, on a droit à la perpétuelle rengaine “la technologie tue l’art”, “les gens sont méchants parce qu’ils refusent de payer 10 fois trop cher pour une œuvre” (une œuvre de merde selon ses propres paroles), ou plus précisément dans le cas de Ridy:

“La technologie qui permet aux gens de regarder des films sur des téléphones portables ou des PC portables (il oublie les PMP au passage…) tue le cinéma”. Ah. Sur ce coup, il manque la justification d’une telle affirmation, non?

Parce qu’il ne me viendrait jamais à l’idée de regarder Blade Runner ou Alien sur un écran de portable. Par contre, les dramas à deux balles, ou les films pitoyables comme White Squall, je ne vois pas où est le problème. Et tout ça n’a rien à voir avec le cinéma en lui-même, mais plutôt à la qualité de ce qu’on nous sert.

Une fois de plus, des artistes (metteur en scène = artiste ?) richissimes mais retardés se plaignent de la technologie, et de l’usage qu’en font les gens. Quelle bande de trolls.

Categories
Humour Vu dans la Presse

Journalistes comiques

Les journalistes ont de l’humour. Au moins ceux dont je lis le journal, mais les autres aussi sans doute. Voici trois citations amusantes que j’ai relevées dans le journal (j’en ai laissé passer tellement d’autres!)…

En titre:

“Le cas Litvinenko empoisonne les relations anglo-russes.”

“Les chasseurs s’apprêtent à battre la campagne.” (la campagne présidentielle, bien sûr)

En introduction d’un article:

“Restée longtemps la drogue des nantis, la cocaïne se répand maintenant comme une traînée de poudre chez les employés et au sein de secteurs professionnels plus traditionnels. ”

Categories
Electronique/IT/AV/Net Vu dans la Presse

Recherche Sony

Sony a développé une nouvelle technologie d’écran vidéo. Ce qui est remarquable ? Oh, plusieurs points.

Tout d’abord, l’écran ne fait que 0.3 millimètres d’épaisseur. Imbattable par les LCD et plasma.

Ensuite, l’écran est pliable. C’est hallucinant.

Categories
Vu dans la Presse

Firefox

J’ai trouvé pas hasard une photo d’un firefox. Tout le monde connait firefox grace à Mozilla (et aussi un peu grace à Clint Eastwood ?):

Et bien voici un vrai firefox:

En fait “firefox” est un surnom de cet animal, dont le vrai nom est “red panda” (“panda roux” en français).

Le firefox est hélas une espèce en voie d’extinction (quelques milliers de survivants sur la planète). Mozilla lui a donné une sympathique couverture médiatique qui ne pourra qu’aider à sa survie. Au Japon également, un firefox du nom de Futa (風太) d’un zoo de Chiba, arriva en mai 2005 à tenir debout sur deux pattes pendant 30 secondes, ce qui lui donna une grande renommée, ainsi qu’à sa race entière, dans tout le pays (moi je trouve ça triste qu’il faille que l’animal fasse des figures de cirque pour que les gens notent son existence).

Si vous êtes intéressé par la vue (en photos…) d’animaux qui vont peut être bientôt disparaître de la planète, Le Figaro en montre dix dans cet article sur EDGE (Evolutionarily Distinct & Globally Endangered).

Categories
Vu dans la Presse

Revue de Presse

Petit retour de la revue de presse sur les services globaux de réseaux et sécurité.

Un monstre en vend deux autres

IBM Japan sort une solution SAP sur Citrix. Qu’est-ce que cela coûte à IBM ? Rien, ils font juste la relation entre le client d’une part et SAP et Citrix d’autre part. IBM a annoncé qu’ils espéraient vendre cette solution à 50% des boites qui utilisent déjà SAP dans les 3 ans à venir.

Cela m’étonne toujours de voir des sociétés revendre des produits d’autres sociétés, surtout quand ces produits sont censés se vendre tous seuls. Car, peut-on penser, pourquoi une société demanderait à IBM de lui installer Metaframe, quand il est tout autant facile (et peut être moins cher) de le demander à Citrix lui-même ? Et bien, j’ai déjà répondu à cette question dans une précédente revue de presse; le client n’a plus qu’à gérer une seule interface. Au lieu de traiter avec deux compagnies et de faire la relation entre les deux, le client demande à IBM une solution clés en main, et IBM s’assurera que les applis tournent sur le matos (IBM) vendu au client. C’est du win-win.

Là où la chose m’étonne, c’est de voir IBM, compagnie très fière d’elle même, vendre des produits d’autres compagnies.

Avaya y va

Avaya a developpé une solution de téléphone IP qui fonctionne sans serveur dédié, à destination des sociétés de moins de 20 utilisateurs. La solution utilise la technologie P2P, et consiste en un soft uploadable dans les terminaux téléphoniques. Le point amusant est que ce soft peut être uploadé dans des terminaux d’une autre marque qu’Avaya.

C’est sympa de penser aux PME (c’est pas comme IBM…), mais je ne vois pas bien où est la stratégie. Car les ventes à des sociétés de moins de 20 utilisateurs ne vont pas générer un bénéfice gigantesque.

ISS dans la presse

Si on fait une recherche sur ISS, la news de son rachat par IBM doit prendre la majeure partie de l’espace presse. Mais j’ai trouvé par hasard une déclaration d’ISS qui disait ceci;

Avec le développement de VoIP (ainsi que des téléphones à grande mémoire, ainsi que la fusion de l’informatique et de la téléphonie mobile), on va voir de plus en plus de virus pour téléphones portables (imaginez votre address book volé ou modifié), ainsi que de SPAM vocal (imaginez votre répondeur de portable rempli de pub). ISS se pose en leader et, bien qu’il n’ait encore rien fait de concret, affirme qu’il sera le premier à développer des solutions de sécurité pour mobiles.

Aventail se corse

Aventail, leader des solutions de SSL-VPN (selon Gartner), propose une solution étendue de quarantaine dans son nouvel OS. Selon des paramètres définis par l’admin, les PCs clients, selon leurs caractéristiques techniques, seront mis dans une zone avec telle ou telle droits d’accès sur telle ou telle ressource. De plus, les serveurs Aventail supportent maintenant les certificats Watermark, pour certifier l’appartenance des PCs clients à la compagnie. Enfin, Opswat n’a pas pu être intégré à cette version de l’OS, mais devrait l’être à la prochaine. On aura alors une vraie bonne solution de quarantaine. Le point négatif dans tout cela, c’est que la maitrise des produits Aventail commence à être de plus en plus difficile, car il y a de plus en plus de fonctions/gadgets à gérer.

Categories
Vu dans la Presse

Revue de Presse

Retour de la revue de presse.

Big Brother

Vous rappelez-vous de cet article dans une précédente revue, qui parlait du fait que KDDI avait perdu des informations confidentielles, et avait promis de revenir avec une super bonne solution pour régler définitivement le problème de la sécurité ? Et bien, ils sont effectivement revenu. KDDI annoncent un plan à 10 Milliards de JPY (67 Millions €), et ce plan comporte (tenez-vous bien): des caméras dans TOUS leurs bureaux. TOUS les logs informatiques conservés à vie (jusqu’à présent: conservés un an). Les données personnelles des clients sur un serveur dans une salle gardée par deux gardes 24/365. Pour accéder aux données, les employés devront utiliser un thin client (dans une salle réservée à cet effet). D’ailleurs, seules trois personnes y auront accès. L’entrée de la salle protégée par des scanners d’empreinte digitales (ce qui est ridicule même techniquement, soit dit au passage). TOUS les emails de la compagnies scannés dans la recherche de fuites d’informations personnelles. Un logiciel de monitoring d’activité sur TOUS les PCs de la compagnie.
L’enfer a maintenant un nom. Il s’appelle KDDI. KDDI, celui qui réussit à bafouer toutes les libertés individuelles auxquelles on peut penser.

Changement d’époque, changement de business

Les compagnies de services techniques purs le disent toutes; vendre de la technique pure (comme du réseau ou de la sécurité), cela rapporte de moins en moins; les solutions informatiques se vendent de moins en moins cher, les marges diminuent. Alors, il faut vendre des solutions totales, c’est à dire, par exemple, pas seulement du réseau, mais aussi les appli qui tournent dessus, voire un remodelage de la façon de faire du business du client lui-même, pour le rendre plus efficace. C’est bien beau sur papier, mais c’est irréalisable dans les faits, sans faire des gros changements dans le staff existant, ou en rachetant des compagnies qui, elles, ont le savoir-faire (know-how) de ce qu’on veut vendre. C’est dans cette optique que NTT Data (gold partner de Cisco au Japon…un leader des services réseaux au Japon) a racheté Nihon Tourist Information Systems, qu’absolument personne ne connait (c’est un peu pour cela que c’est passé dans le journal). NHIS est spécialisé en développement d’applications pour voyagistes, et avait la plus grosse part de marché dans ce secteur. NTT Data va continuer de vendre à ces mêmes clients les mêmes applis, mais proposera en plus l’infrastructure réseau parfaite pour ce genre d’applis. Le client n’a qu’une compagnie en interface, et il n’a plus à se prendre la tête pour gérer lui-même la communication entre les deux. C’est génial.

Alliances, toujours

KDDI s’allie avec 8 différentes compagnies d’électricité pour proposer ensemble des solutions ADSL qui couvrent tout le pays nippon. KDDI est le numéro 2 en part de marché de l’ADSL, et les compagnies d’électricité sont numéro 3. Ensemble, elles vont essayer de concurrencer le numéro 1 (NTT). Cet accord leur permettra également de proposer des offres ADSL aux entreprises. Jusqu’à present, KDDI comme les compagnies d’électricité avaient une trop faible couverture pour proposer des solutions nationales. Mais j’ai comme un doute sur la validité de l’argument, car les numéros 2 et 3 privilégiaient les mêmes zones: urbaines. Et les grosses compagnies ont aussi des branches en pleine campagne.

NTT en retard…comme d’habitude

NTT Software va proposer une solution de téléphonie mobile qui pourra être utilisée également à l’intérieur des bureaux, comme lignes internes. Du coup, les employés gardent un seul téléphone, qui les suit partout. Quand utilisés à l’intérieur des bureaux, ces téléphones agissent comme des téléphone sans fil, et en dehors des bureaux comme des téléphones portables normaux. Cela représente des économies d’échelle pour les compagnies: moins d’infrastructure, et switch automatique des communications vers la moins chère des solutions. NTT Software vise 15 compagnies de plus de 500 utilisateurs en 3 ans. C’est très bien. Mais c’est en retard par rapport à Willcom, qui propose déjà cette solution (ma compagnie en est cliente) depuis 1 ou 2 ans.

Categories
Vu dans la Presse

Revue de Presse

Téléphone IP

Annonce récente de NTT : le réseau national de téléphone doit passer tout-IP en 2010. NTT en profitera pour ouvrir ses lignes à des revendeurs qui à leur tour revendront l’usage de ces lignes aux particuliers. Qui a dit que le Japon est en retard dans sa mentalité telecom ? – tout le monde, et tout le monde a raison. Le Japon est tout juste bon au niveau technologique.

IIJ et la securité

IIJ (Internet Initiative Japan), l’un des plus anciens ISP japonais (qui n’est actif que sur le marché domestique) et qui avait déjà commencé des services de maintenance de machines de réseau et de sécurité (parce qu’ils ont vite compris que le seul boulot d’ISP ne suffit pas à gagner beaucoup), vient d’annoncer un nouveau service de gestion d’IDS/IPS (le Proventia GX d’ISS). Je suis bien curieux de savoir comment ils vont faire pour organiser l’intégration d’une telle machine, et comment se gèreront les opérations quotidiennes. Le service sera à partir de 350,000 JPY (2345 €) par mois.

IBM rachète ISS

Annonce commune des deux sociétés: IBM rachète ISS pour 1,3 milliards de dollar US. Certes, ce ne sont pas les mêmes tailles de compagnie, mais ISS était le leader planétaire incontesté des IDS/IPS. Ses machines très complexes et très chères ont été présentes (et très vendues) sur ce petit marché depuis sa création il y a une dizaine d’années, et je me demande bien si IBM pourra ramener cette notoriété à elle. Ça me paraît difficile, puisque IBM a déjà annoncé qu’ils allaient intégrer la techonologie de ISS dans son usine à gaz Tivoli. Le rachat d’ISS est comme d’habitude soumis à l’autorisation de toutes les autorités compétentes US, ainsi qu’à nombre d’états US.

EDS le pingre

EDS a conclu un contrat de 3 ans à 3 milliards de dollars US en mars dernier avec la Navy américaine. Les revenues nets sont passés à 104 millions USD (24 millions à la même période l’année dernière), dépassant les meilleures prévisions des analystes. Qu’importe, EDS a annoncé le “délestement” de 3000 à 4000 de ses salariés dans le monde d’ici à la fin de l’année ! “Ces postes ne servent à rien, ils sont redondants” a commenté le COO de la compagnie. EDS est la deuxième plus grande société de services dans le monde (derrière IBM), bien qu’on n’entende jamais parler d’elle au Japon.