LinkedIn

Des fois je me délecte devant LinkedIn, un peu comme devant un film d’horreur. Ça va a priori contre la logique d’aimer un film d’horreur, c’est dégueu, sanguinolent, affreux, ça fait peur.. Mais on a ce petit plaisir d’aimer voir ces choses-là. Et bien avec LinkedIn, c’est pareil.

D’abord il y a les titres. Les gens se donnent de ces titres… c’est l’effet “technicien de surface” pour “femme de ménage”.

People program manager : qu’est-ce que ça veut dire?

Catalyseur de performances : Il y a vraiment écrit ça sur sa carte de visite??

Talent acquisition partner: okok. recruteur quoi.

Luxury and consumer senior executive: gros titre en apparence. Quelqu’un peut dire en quoi consiste son travail? On se demande à quoi servent encore les titres. Respect: zéro.

Heureusement, ces gens-là ne sont pas la majorité.

Il y a aussi tous les “President and CEO”, genre CEO c’est plus assez bien il faut aussi rajouter President, hein. T’es maître de l’univers mais en plus t’es maître du monde, il faut l’écrire des fois que des crétins n’auraient pas compris que t’es fOrt.

.Je suis tombé sur un des maîtres de l’univers que je connais (ai connu). P&CEO d’une filiale de mon ancienne boite. Je rencontre un ex-collègue de cette boite, lui demande et… “pff, il a pas tenu un an, c’était il y a 3 ans”. Pourtant il est actif sur LinkedIn en ce moment-même et il y a toujours marqué “Grand maître de l’univers etc.”. Ça devrait être triste, mais je me marre. J’ai honte pour lui.

Il y a pas mal de “Founder & CEO”, titre contre lequel je n’ai aucun commentaire car il me semble correct. Je pourrais me le donner, ahahah … mais CEO d’une personne, faut pas déconner quand même. Je ne pourrais plus me regarder dans la glace. Je me suis donné mon titre écrit dans les statuts de la boite, en japonais. C’est discret, personne ne le remarque. Ouf. Pour vivre heureux, vivons cachés… Mais je me réserve le droit d’écrire CEO si un jour j’embauche des gens, lol.

Sinon, il y a les donneurs de leçons. “Ouiiii dans ma grande expérience…”… en général j’arrête ma lecture là.

Sinon il y a ceux qui donnent des speechs de motivations: “croyez en vous même!!”… certes personne d’autre ne va le faire à noter place, sauf si on parle de gens très charismatiques… genre Carlos Ghosn (exemple au hasard, beaucoup croyaient en lui). Sinon en général ce sont des points forts qui changent potentiellement ta vie, genre “le ciel est bleu” ou “la pluie mouille”. Merci, franchement merci.

T’as les jeunots qui postent leur dernière promotion “staff assistant au comptoir”, c’est mignon comme tout. C’est moins mignon qu’ils essaient de copier leurs aînés en voulant se donner du volume mais comment leur en vouloir? C’est le monde qu’on leur a laissé.

T’as les cris du cœur. T’as ceux qui demandent rien, genre “j’ai fait un marathon avec mon fils paralysé”, tu te dis “oops, cool, bravo”. T’as ceux qui font de la pub; ça commence par “ma fille de 3 ans a eu tel problème, elle est morte il y a deux jours”, oops, et ça continue “alors j’ai créé la fondation trucmuche on fait ci et ça et on a besoin de vos thunes sales racailles”. Euh…umh? T’as ceux qui cumulent avec les donneurs de leçons. T’as… plein types de gens. En majorité c’est pas beau à voir mais hey! Film d’horreur hein!

Il y a ceux qui parlent avec ferveur d’une nouvelle technologie. C’est toujours très ennuyeux. Je comprends ceux qui le font et ceux qui aiment, moi j’accroche pas. Rien de film d’horreur là-dedans, c’est plutôt un mélodrame… Pas intéressé, pas envie de voir.

Sinon il y a aussi des trucs bien des fois… c’est rare mais ça arrive. Le marathonien avec son fils paralysé, bien, content pour lui et tout. Ça n’a a priori pas sa place dans cette merde de LinkedIn où 99% des gens montrent leur pectoraux ou leur inhumanité, mais pourtant je suis bien content quand j’en trouve.

Facebook c’était bien nul. Ils sont passés à la vitesse supérieure avec LinkedIn.

L’été arrive en force

Je sais pas si il faut croire aux omens, mais j’espère que non.

Jusqu’à hier il faisait frisquet, aujourd’hui 30 degrés dans mon bureau qui n’a pas l’air conditionné. Ça m’a donné un gout de ce que ça va être cet été. Je sais pas comment je vais faire.

Sinon, insectes en pagaille; j’ai tué mon 7e scolopendre, les fourmis ont envahi la cuisine et je suis tombé sur une araignée… la plus grosse que j’aie vue de ma vie. Elle faisait la taille d’une main. Plus grosse qu’une mygale. J’ai déjà vu une mygale dans une animalerie (ils vendent de ces trucs), c’est effroyable quoique pas aussi gros que ce qu’on pourrait croire mais quand même d’une taille sympa pour une araignée. Et ben celle que j’ai vu chez nous, elle était plus grosse. J’avais déjà croisé une araignée bien grosse il y a quelques années mais c’était une sorte de faucheuse, pattes fines corps fin. Là c’était une maousse costaud grosses pattes gros corps. De l’horreur en boite pour ceux qui n’aiment pas les araignées. J’ai du vider un 5e de la bombe insecticide sur sa gueule avant qu’elle se décide à mourir. Elle a même mis du temps à réagir, pas cherché à s’enfuir et n’a décidé de bouger que juste avant de mourir.

Qu’est-ce que j’en ai marre de cette baraque qui tombe en ruines. Vivement le trip à Hiroshima ce week-end.

Nouvelles

Comme le temps passe et pourtant je n’ai pas grand chose à dire.

L’été arrive et avec lui les scolopendres. J’en ai tué 6 pour le moment dont 2 maousses costauds.

Ryu a été refusé au lycée en France pour une raison un peu bizarre; notes insuffisantes, mais que leur faut-il donc; il a une moyenne à plus de 80%. D’autant plus que ce n’était pas un critère donné lors de la réunion d’information de décembre. On attend 4 mois la date de l’entretien et un jour on reçoit un “bah non” sans explications. On en demande et pas de réponse pendant 3 semaines, école pas sérieuse du tout.

A la place Ryu va tenter les concours d’entrée aux lycées publiques, ce qui est compliqué et pas aisé en venant du privé. Il travaille beaucoup mais perso je trouve que l’avenir est sombre.

Akira a rejoint l’équipe de volley-ball de son école, c’est pour le moins surprenant, le volley-ball n’étant jamais venu dans les discussions auparavant, mais bon, pourquoi pas. Il a l’air de bien accrocher en tout cas.

Akira s’est fait quasi instantanément des tas de potes dans sa nouvelle école, c’est hallucinant comme il a le contact facile. Il devrait faire commercial plus tard.

J’ai acheté une PS5 à Akira et une tablette à Ryu pour leurs efforts.

Ma boite perso est aux alentours de 20000 euros mensuels de CA, mais presque 0 de bénéfices. J’ai pris la décision drastique de laisser tomber ma propre infrastructure (mes propres serveurs physiques) et de garder uniquement le cloud à la place. D’après mes calculs, qui se sont souvent révélés faux, je devrais faire de grosses économies pour un meilleur service… mais du coup j’ai une infrastructure que tout le monde peut copier facilement. Que me reste-t’il pour me démarquer des autres? Une bonne organisation et un bon support. Moi: blade runner toujours, ça va tenir à un fil. Si toujours pas de bons bénéfices dans les 2 ans, je ferme la boite.

Les trips à Hiroshima se suivent et se ressemblent, toujours du bon temps là-bas. C’est pas facile pour le corps (très intense physiquement) ni pour le mental (situation de panique en permanence et retour déstabilisant), mais qu’est-ce que c’est bon. 12 heures de travail suivies de 5 heures de loisirs en bar ou autre (sauna).

Au travail je slashe plein de trucs, tout ce qui me prend du temps en gros, pour un minimum d’impact sur le fonctionnement de la boite. En un sens je me tire dans le pied car au bout d’un moment ça sera tellement simple à gérer qu’on n’aura plus besoin de moi. Un jeune qui gagne 5 fois moins fera tout aussi bien le travail. Je m’y prépare, ça arrivera dans un an ou deux. Soit ma boite perso aura pris le relais au niveau du salaire, soit je devrai chercher du boulot. Pas pressé que ça arrive, en particulier parce que cela signifierait la fin de mes nuits hiroshimiennes. Pas possible d’avoir l’équivalent à Kamakura.

Mes compères/collègues:

Ma dernière connaissance de nuit: (rien d’adultère) (avec filtre et tout)

Elle s’appelle Hana et elle est marrante. Sa gouaille est trompeuse, parce qu’elle est plus fine que beaucoup de ses pairs. Je passe du bon temps avec elle à parler de tout et rien.

Nouvelles

Encore une semaine à Hiroshima, passionnante.

Je ne comprends pas comment je suis aussi occupé quand je suis à Hiroshima et aussi des-œuvré quand je suis à la maison. Le travail est pourtant à peu près le même, support et maintenance du cloud.

A Hiroshima je suis en sueur tous les jours tellement je saute de partout. Je ne mange même pas le midi tellement j’ai à faire de 9h à 21h. A la maison je prends 3 longues pauses dans la journée et je finis à 18h. Mystère.

J’y retourne dans 2 semaines.

On s’est aperçus que ça coûterait moins cher de me prendre un appart toute l’année que de payer une semaine d’hôtel chaque mois. Comme ça en plus ça poserait pas de problèmes que j’y reste deux semaines par mois au lieu d’une semaine… Vais-je commencer à passer la moitie du temps à Hiroshima? Pas que ça me déplairait totalement.

Je reviens d’Hiroshima gonflé à bloc à chaque fois, et je me prends un backlash violent au retour… Psychologiquement c’est pas super aisé de maintenir ces deux styles de vie en parallèle, ça a un coût au passage. Hors de question que j’arrête, mais l’année dernière déjà il y a eu des tours, des retours et des détours avant que finalement j’arrête sans vouloir arrêter.

Nouvelles des enfants

Ryu finit son année 24e de promotion (soit 96 élèves). Perso je trouve ça absolument fantastique, vu le handicap qu’il a. Il travaille beaucoup et ça paye. Le travail paye, c’est pas un secret.

Les stats de l’école disent que globalement, les 10 premiers de promo entrent dans les universités prestigieuses (Keio et autres, pas beaucoup dans les 7 (?) universités publiques prestigieuses), les 20 suivants dans de bonnes universités. Le reste, il y a un peu de tout… Rien n’est gravé dans le marbre et autant certains premiers de promo se plantent, autant des élèves au rang 30 et plus rentrent dans de bonnes écoles. Juste c’est rare.

Mais Ryu peine et n’aime pas son école. Il n’y a pas de filles (ce devrait être du repos pourtant) et il ne s’entend pas avec beaucoup d’autres élèves. (oh ben quelle surprise). Il pense changer d’école pour le lycée.

Lycée qu’il voudrait bien faire en France… Le concours est en cours. On attend la date de l’entretien.

Ryu part dans le Shikoku pour le concours national de tennis des collèges, son école s’étant bien débrouillée lors des épreuves qualificatives. Ils sont dans les 100 premiers du pays. Ils vont se faire rétamés au niveau national, mais quand même, belle performance. Son séjour de 2 jours nous est facturé 1000 euros par l’école… oui… sport d’élite dans une école privée…

Notez donc que Ryu a bien accroché au tennis. Etait-ce pour me faire plaisir? Peut-être au début, mais là il accroche vraiment. Et il n’est pas mauvais du tout, j’ai été joué avec lui l’autre jour, il est solide. A vue de nez je dirais un solide 30/2, alors qu’il a commencé il n’y a pas 2 ans. Bon revers, belle technique, bonne vision de l’espace, je suis très impressionné car plus jeune il s’emmêlait beaucoup les pinceaux dans tous ses essais aux sports. Il a dû avoir de bons profs en plus.

Akira a bien planté ses concours, quoiqu’il fut reçu à la même école que Ryu mais refuse d’y aller. Donc, ce sera collège publique du coin, 20 minutes à pied de la maison.

Akira est un faiseur d’ambiance très très populaire. Et il parle beaucoup… la mitraillette de blabla, il s’arrête jamais. Un plaisir de voir ce dynamisme.

J’en avais déjà parlé, il a des capacités physiques époustouflantes mais n’est intéressé par aucun sport et donc n’en pratique aucun. Tant pis… Lui aussi devrait se mettre à quelque chose au collège, la pratique des clubs d’activités au collège étant limite obligatoire. Officiellement pas obligatoires, officieusement totalement obligatoires.

Les deux ne savent pas ce qu’ils veulent devenir plus tard (qui le sait à 12/14 ans?) mais blaguent qu’ils reprendront ma boite. Moui. J’y crois pas. D’ici à ce que je prenne ma retraite, ils n’auront pas les connaissances nécessaires pour faire tourner une boite. Ils seront peut-être même pas encore sortis de l’université.

Bref, conclusion tout va bien, ça pourrait être mieux et c’est ce qu’on vise. Comme tout le monde, on essaie d’améliorer notre quotidien.

Voyage d’affaires

Voyage à Hiroshima il y a 2 semaines.

Premier jour: dernier jour du voyage d’un employé de Malaisie: il faut fêter ça!!

… j’ai regagné péniblement ma chambre d’hôtel à 4 heures du matin… dur… enfin surtout le lendemain, embauche à 9h dur dur… puis panne internet à 9h15 dans un de nos bureaux, 40 employés sans internet… ohlala… Ca a pris 2h pour un retour à la normale. J’ai tout de suite compris d’ou venait la cause mais pour réparer, euh.. je m’en suis remis à NTT, j’ai eu tort j’aurais du le faire moi-même, je suis sur que ça m’aurait pris 15 minutes, mais aussi beaucoup de transpiration et je me sentais pas très bien…

On était vendredi. Vendredi soir rebelote, retour à 2h du matin, et samedi déménagement d’un de nos bureau, super… départ à 9h arrivée à…3h du matin dans ma chambre d’hôtel… Puis rebelote dimanche, déménagement la suite…

Fini a midi, bouffe jusqu’à 14h, puis hotel et dodo jusqu’a 18h. Le soir rebelote, mais nan vraiment trop fatigué, retour à 23h.

Lundi soir sortie again, retour tranquille à 23h.

Ce foutu premier jour m’a laminé pour le restant de la semaine. Leçon à retenir: si possible tu sors pas jusqu’à 4h, et surtout pas le premier jour.

J’ai pris aucune photo. Ça fait touriste mais j’ai eu tort. Elle me feront bien plaisir ces photos dans 10 ans, quand je ne serai vraiment plus en age de faire ces conneries. Les 50 ans arrivent et des fois je me dis c’est limite quand même. Déjà on se rend compte que j’ai habité plus longtemps au Japon que les demoiselles qu’on rencontre… alors qu’elles ne sont jamais sorties du Japon depuis leur naissance. J’ai habité plus longtemps au Japon qu’elles. Quand je suis arrivé au Japon elles étaient pas encore nées.

Sinon je travaille aussi, beaucoup. Je suis à un niveau bien au-dessus de ma tête. On me paye une fortune pour faire un truc que je ne maîtrise pas, ceci dit il y a pas grand monde qui connait mieux que moi les spécificités informatiques de la boite donc je suis remplaçable (nul n’est irremplaçable) mais pas super facilement.

Pareil pour ma boite perso, je suis à la limite de mes capacités techniques, alors que pourtant c’est un travail très technique. Quand une merde sort de nulle part je suis là “bon… recherche google…”. Pour l’instant ça marche, même si des fois il n’y a eu aucun résultat sur internet pour des merdes bien chaudes, j’ai peiné… mais je m’en tire toujours. Pour le moment.

Je suis limite, mais limite “+”. Je suis juste bon pour être bien positionné et potentiellement gagner une fortune. Ça se met en place tout doucement. On espère… passera, passera pas…

Demotivator (15)

L’année dernière j’ai rejoint un groupe de soutien pour procrastinateurs. On s’est pas encore réunis.

Il faut le croire pour le voir.

Je cuisine toujours avec du vin. Des fois j’en mets même dans la bouffe.

La vie est plaisante, la mort est paisible. C’est la transition qui pose problème.

Je bois pour rendre les gens intéressants.

Le secret de rester jeune est de mentir sur son age.

Quand tu vieillis trois choses arrivent. La première est que tu oublies tout. Je me rappelle plus des deux autres.

Le secret d’un long mariage est de n’être pas là.

Un homme dans un couple a le choix entre avoir raison ou être heureux.

La réalité continue de ruiner ma vie.

J’arrive toujours tard au boulot mais je compense en partant tôt.

Taxes

Ou je découvre que je vais devoir payer 2000 euros de charges sociales avec mon nouveau salaire… En gros assurance maladie et retraite. Je paye pour combien de personnes?

Aussi intéressant, je ne paye pas d’assurance chômage… parce que je n’y ai pas droit. Ma boite s’écroule, je touche pas d’indemnités chômage. Comme si j’en avais pas besoin, hein. La double peine: tu perds ton job, et on te file pas de thunes rien qu’à toi parce que t’étais patron (d’une seule personne: toi même).

Moi qui croyais que le Japon était un pays purement capitaliste. En fait le Japon n’a pas d’idéologie. En dehors d’être le chien galeux des américains, ils pensent à rien. Les politiques font juste que recevoir de la thune des lobbys et font passer des lois à la con (interdit de fumer dans la rue, mosaïque dans le porno, etc. des trucs dont on se contre-fout royalement), laissant le soin des grosses lois aux grosses entreprises, qui n’en ont rien à carrer des petites.

C’est pas gai.

Work hard

C’est une phrase qui m’a toujours plu: work hard, play harder.

Voyage d’affaires à Hiroshima la semaine dernière, 5 jours, durs. Le travail en journée, c’était à fond de 9h à 21h, puis on s’amusait à fond de 21h à minuit/2h.

Il y a des trucs dans le travail, c’est chaud. Des trucs que je comprends pas, mine de rien le cloud c’est plus complexe que je ne l’avais imaginé. Et encore, c’est que Azure dont je comprends intuitivement le fonctionnement (merci Microsoft), qu’aurait-ce été avec AWS ou GCP.

Mais mon précédent bras droit, un techos de malade, nous a construit un truc, mais alors…  des tas d’interconnections de partout avec des scripts powershell au milieu, si il y a un truc qui tombe en panne, je serais bien en peine de trouver la cause dans tout ce fatras. J’ai de la chance, il y a plein de trucs qui tombent en panne mais c’est que des petits trucs que j’arrive à réparer vite fait. Ça me fait apprendre plein de trucs à chaque fois.

Alors on a une facture Azure longue comme le bras qui liste tous les éléments utilisés, et moi je fais du mapping genre “tiens ça ça doit servir à ça, et ça à ça” et puis je regarde ce que chaque élément fait, et combien il coûte etc.

Le petit script pour lister les numéros appelant que notre call center n’a pas pu prendre, il coûte 800 euros par mois et utilise une bonne douzaine de composants Azure (et un script de 600 lignes qu’il m’a montré une fois mais que je n’arrive plus à retrouver…). Kubernetes je connais que le concept, Rancher: jamais utilisé… Il pouvait pas utiliser Docker, non, il fallait qu’il prenne Rancher. Ah oui Rancher est gratuit, oui… Et que viennent faire Kubernetes et Rancher dans cette histoire? Ahah

Microsoft est complètement con de ne pas fournir cette info dans le GUI de Teams (les numéros des appels manqués), il faut aller la chercher dans un endroit bien obscur, mais 800 euros par mois quand même… Une petite recherche me donne une petite boite suisse qui fournit un plugin pour Teams qui fait exactement ça, et il coûte 100 euros l’année. Economies en vue, mais surtout surtout, plus d’usine à gaz qui a la forme d’une épée de Damoclès. Je prépare la migration.

Bon sinon j’ai une tonne de trucs à raconter mais rien de bien important ni intéressant. Ah si je refais du support PC (au prix que je coûte, lol) ça faisait 15 ans et ça me plait beaucoup. Environ 1-2 appels par jour, ça ne me prend pas beaucoup de temps.

Le soir, excellents restaus, excellents bars. Qu’est-ce que j’ai bouffé, qu’est-ce que j’ai bu. J’ai mis la limite à 2h du matin parce que mes boss viennent à midi, moi je commence à 9h… Une nuit on sort d’un énième bar à 2h du matin, le boss dit “on va bouffer des ramen taiwanaises et on va au sauna!”. Je me suis excusé, si j’y vais, demain j’y arriverai pas…

※ Bonne bière, hein
※ C’est une jupe

Mon prochain voyage d’affaires est… la semaine prochaine. J’ai des gens à aller voir mais je n’ai pas pu lors de mes 2 précédents voyages car on est sortis tous les jours. Vais-je avoir un soir de repos cette fois?

Hiroshima mon amour

Voyage d’affaires à Hiroshima cette semaine, 4 jours.

Premier jour, mon contact/collègue/plus que collègue: Tu viens manger à la maison??

Moi: bah ouais!

2e jour, mon contact/collègue/plus que collègue: On va manger/boire et au sauna??

Moi: bah ouais!

3e jour, mon collègue direct: On va manger et boire??

Moi: bah ouais!

4e jour, mon contact/collègue/plus que collègue: On va manger et boire??

Moi: bah ouais!

Putain le lendemain au travail… mon collègue me dit “ça va? t’as pas l’air bien!”. J’étais pas pas bien, j’étais endormi. J’ai émergé vers 14h. RDV à 14h30 avec les numéros 1, 2 et 3 de la boite pour parler de trucs et d’autres.

J’ai passé 4 jours absolument fantastiques dans une ville que j’aime décidément beaucoup: Hiroshima. Le boulot va être dur mais est bien payé et m’intéresse.

Le truc comique, c’est quand le CEO m’a dit: on aurait dû tous les virer. Oui, je m’étais dit la même chose

Il n’y a plus qu’à faire tourner le truc à distance. C’est pas gagné mais c’est surtout pas perdu.