Categories
Japon

Jaune ciel

C’était le 19 juillet dernier. Moi à l’étage, Yukiko en bas qui m’appelle. Je commence à descendre l’escalier, m’arrête, puis remonte car il me semble avoir vu un truc louche dans le coin de ma vision, tout au fond, par la fenêtre.

Le ciel était jaune. Une luminosité que je ne me rappelle pas avoir déjà vue. C’était irréel, un peu comme si j’avais une paire de lunettes avec des verres teints. Tout était jaune, partout. J’ai vite pris mon appareil pour prendre quelques photos (passablement ratées!). Même les photos font irréelles. Les photos ci-dessous n’ont pas  traitées/modifiées de quelques manières que ce soit (sauf pour réduire leur taille, évidemment).

jaune1

jaune2

jaune3

Tinou en avait parlé immédiatement dans son blog (dont je vous conseille la lecture, d’ailleurs), dans cet article. J’ai même piqué le titre de son article.

Moi, j’ai juste mis un mois à en parler sur le blog. Pas trop en retard?

Categories
Ryu

Des nouvelles de Ryu

Ryu va bien!

obon4A sa sortie de l’hôpital et passé une petite semaine entre crèche médicalisée (mauvaise idée car Ryu était en rémission alors que les autres enfants étaient, eux, carrément malades) et la crèche qui nous fit quelques histoires. Quelles histoires? Ben le genre “un pauvre bout-de-chou comme ça, il faudrait le garder à la maison”. Parce que les filles de la crèche, elles croient sans doute que ça nous fait plaisir de leur laisser Ryu. Ben non, pas vraiment, car si je pouvais arrêter mon travail et passer mes journées avec lui, je le ferais. Par contre elles avaient un autre point, valide, lui; après une semaine à se faire transpercer et enfoncer dans la chair de partout par les maudits toubs et infirmières (du point de vue de Ryu, hein!), et à rester collé le reste du temps à sa mère, et ben Ryu ne supportait pas de rester seul et abandonné à lui-même, ne serait-ce qu’à 1 mètre des nounous. Alors les nounous l’ont porté dans leurs bras en permanence tout le temps qu’il a passé à la crèche. C’était pas cool, alors Yukiko a pris une demi-journée de congé, et moi deux demi-journées, pour raccourcir le temps de Ryu passé à la crèche durant cette semaine, et arriver tant bien que mal jusqu’au week-end. La semaine suivante, lundi et mardi chez ses grand-parents, et de mercredi à vendredi, c’était les vacances d’été de Yukiko (sa boite ferme 3 jours pour oBon).

obon7

Yukiko et Ryu ont donc passé la semaine de oBon chez mes beaux-parents, pendant que moi je travaillais (j’ai fait plus d’heures supp que d’habitude) et voyais plus de films que d’habitude (en ce moment j’essaie d’écouler le stock de critiques que je dois faire).

La semaine a l’air de s’être vraiment bien passée. Outre les nombreuses photos où Ryu se marre, il m’est revenu en pleine forme mentale (parce que la forme physique…il toussait et avait le nez qui coulait). Durant cette semaine, ma nièce Kokone (lisez “Kokoné”), environ six ans, est restée collée à Ryu en permanence, du matin au soir. Elle a été d’une gentillesse époustouflante. Je ne sais pas si c’est parce qu’il s’est fait bichonné en permanence pendant une semaine, mais Ryu était radieux à son retour.

obon6C’est pendant cette semaine que ses premières dents sont sorties (pas encore visibles quand ces photos ont  prises). Pas de poussée de fièvre, pas de pleurs la nuit, pas plus de salive que d’habitude. Tout en douceur. Bon, elles ne sont pas complètement sorties, d’ailleurs il n’y a guère que quelques millimètres de sortis, mais elles sont immanquables. Et puis, il y en a 4 qui sont sorties d’un coup; deux incisives en haut et en bas.

Autre nouveauté, Ryu se tient bien debout maintenant. Il se tient bien debout SI il a un support devant lui. Il utilise tout les obstacles possibles pour se mettre debout, et il se met debout sans efforts. Ça change d’il y a quelques semaines.

obon5

Par contre, si en position debout il voit quelque chose qui l’intéresse à deux pas de lui, il tente d’aller la chercher. Jusqu’à il y a encore une semaine, il bougeait son corps son bouger les pieds; patatras, il se cassait la figure immanquablement. Maintenant, il a compris; pour se déplacer en position debout, il faut bouger les pieds. La coordination n’est pas encore au point, le passage du poids d’une jambe sur l’autre n’est pas encore au point, il ne regarde pas où il met les pieds (dans la douche il n’hésitera pas à prendre appui sur…un savon par exemple), mais il va clairement dans la bonne direction (c’est le cas de le dire).

Enfin dernière petite nouvelle, la diététicienne de la crèche (je sais pas comment l’appeler, la fille qui s’occupe d’initier les bébés à la bouffe solide) nous a demandé de ne plus lui donner à manger la nuit, car il ne mange plus lors de son repas de 10h, ce qui pour elle signifie que son ventre est plein, ce qui est anormal pour un début de journée. Ryu boit donc son lait à 18h, et son repas suivant est à…environ 6h/7h du matin. Dur, dur je trouve. Mais du coup, il finit son repas de 10h. Je suis sceptique sur la tactique “affamer pour faire mieux manger”, mais je fais confiance sur ce coup, d’autant plus que Ryu ne rechigne pas du tout à ne boire que de l’eau quand il se réveille la nuit, ce qui me fait croire qu’effectivement il n’a pas besoin de manger la nuit.

Alors voilà, pour résumer, bébé Ryu galope à quatre pattes, se tient debout si il a un appui, a quatre dents, dort bien la nuit (il se réveille une fois pour boire), parle beaucoup, rit souvent, montre beaucoup du doigt, adore applaudir, et touche à tout.

obon2

Categories
Ryu

Ryu et les toubs

Je souhaitais faire un article pour donner des nouvelles de Ryu, mais en commençant à parler de ses visites chez le toubs, une chose mène à une autre, et me voilà parti dans une guèguerre/critique inutile contre les moulins à vents (une image appropriée des toubs). Alors j’ai coupé l’article à la fin de ma hargne temporaire. Ce n’est pas le genre d’article que j’aime poster; les critiques à tout va, merci… Mais il y avait deux, trois choses dedans que je voulais dire, et réécrire un article, je n’y arrive pas (pas assez de temps). L’article -positif- sur Ryu viendra plus tard…demain sans doute.

Ryu va bien, il est guéri – en apparence du moins. Pour son dernier voyage en date à l’hôpital (il y a 2 semaines) surtout pour voir l’otorhinolaryngologue, le pédiatre ne voulait même pas le voir. Après insistance de Yukiko car Ryu toussait toujours et avait le nez qui coulait, il a pris Ryu à contre-cœur. Ça fait plaisir…les toubs ont sans doute tellement de thunes qu’ils n’en ont rien à faire de prendre un client en plus…et alors que ce client soit inquiété par la santé de son enfant, ils s’en foutent comme de l’an 14 (1914). Si encore on abusait sur les visites! Mais non! Ryu était sorti deux semaines avant d’une semaine d’hospitalisation pour pneumonie, il toussait et avait le nez qui coulait en permanence. Etait-ce trop demander que le toubs le voit 5 minutes? Après auscultation (5 minutes), il confirme que “tout va bien”, et que la toux et le nez qui coule, “c’est rien” (sans plus d’explications). Tant mieux si c’est vrai. “Docteur” rime avec “menteur”, et ce sont des mots qui vont bien ensemble, alors je me méfie ;-)

Anecdotiquement, la semaine dernière, le toubs qui avait occulté (à defaut d’ausculter) la pneumonie de Ryu a laissé un message sur le portable de Yukiko (du moins ce prince a demandé à une de ses assistantes d’en laisser un): “il paraît que Ryu a été hospitalisé, alors on appelait pour savoir si ça allait”. Pourtant, on ne leur a rien dit sur l’hospitalisation de Ryu…d’où tiennent-t’ils donc cette information? Et pourquoi donc ont-t’ils appelé? Par altruisme? Ahahahah… elle est bonne. Un docteur altruiste. Je vais pas en dormir de la nuit. Yukiko n’a pas rappelé, pourquoi le rappelerait-on? Et comme de toute façon nous n’irons plus le voir, il devrait bien se douter de ce qui s’est passé dans nos petites têtes (il a de toute façon tellement trop de clients en permanence que ça devrait même lui faire plaisir).

bouffon

Categories
A propos de ce blog

Mise à jour

J’ai fait une grosse mise à jour du blog et de son thème. Quelques nouvelles options ont l’air de s’être activées par défaut. Il me reste à mettre à jour tous mes plugins (une petite dizaine).

Ne vous étonnez pas si il y a des trucs bizarres qui se passent…mais ça a l’air de tourner à peu près bien.

[Edit] Et ben tous les plugins ont  été mis à jour aussi…et tout a l’air d’aller bien! Je n’ai jamais vu une telle mise à jour bien se passer, c’est cool.

Categories
Livres

Goodbye Tsugumi

Je n’avais lu qu’un seul livre de Banana Yoshimoto: Kitchen. C’était pour le concours d’entrée à mon DESS (plus un examen qu’un concours d’ailleurs), et j’avais pris le livre le plus fin que j’avais pu trouver. Kitchen racontait une histoire simplette, un truc de petite fille sur la forme, mais ça m’avait retourné (serais-je une petite fille dans l’âme? :lol: ). Je l’ai relu il y a quelques temps, et ça m’avait fait à peu près le même effet, l’effet de surprise en moins. Un livre formidable. Alors j’ai acheté Goodbye Tsugumi, un autre livre de Yoshimoto.

J’avais lu Kitchen en français, mais ce livre-ci, je l’ai lu en anglais (je devrais me mettre à lire en japonais, mais j’ai la flemme car ça me demande bien plus d’efforts; il y a forcément des mots que je connais pas, ce qui trouble ma lecture). Et bien… je trouve le français bien plus adapté au style de Yoshimoto. Les prochains livres de Yoshimoto, je les lirai en fraņçais (ou en japonais si j’arrive à me motiver un jour).

Le style littéraire est identique à celui de Kitchen. La qualité technique (littéraire) du récit d’évênements est simplement formidable. C’est un style largement épuré, qui avec des mots simples arrive à évoquer des sensations et des impressions très complexes. C’est bien simple, je n’ai jamais lu des écrits qui arrivaient à retranscrire ce genre d’impression. C’est un style largement nostalgique, toujours au passé, qui ne raconte que des tranches de vie (les mêmes tranches de vie dont Proust parle dans les derniers paragraphes de Du côté de chez Swann). L’histoire ne raconte pas tout, mais juste des passages choisis de quelques minutes. Je pense que notre mémoire sélective fonctionne de cette manière; par exemple, si j’essaie de me rappeler de (par exemple) mon été 1996, c’est exactement ce dont je me rappelle: plusieurs passages de quelques minutes, des réflexions éphémères (pas si éphémères que cela finalement 😉 ), des impressions ponctuelles, des situations ou dialogues restés dans ma mémoire; tout cela est devenu représentatif de cet été-là.

Goodbye Tsugumi, c’est donc dans ce style. La notion de temps est assez floue, alors chaque paragraphe commence par “quelques jours après”, mais comme on n’a pas de point de référence, on ne sait jamais trop où on en est. On sait ce qu’on doit savoir, comme par exemple si c’est l’été ou l’hiver, car cela a une importance dans l’histoire.

Le thème de l’histoire est simplissime; le narrateur se rappelle quand elle habitait près de la mer, et de sa meilleure amie qui s’appelait Tsugumi. Tsugumi était fragile et proche de la mort, et le livre raconte les relations du narrateur avec Tsugumi, la famille de Tsugumi, ainsi qu’avec sa propre mère et son père. Très simple. Des thèmes vont se dégager petit à petit, les thèmes apparemment habituels de cet auteur; le développement psychologique des jeunes, la jeunesse en général, l’impact psychologique de la maladie/mort sur les hommes, la perception du passé, etc.

J’aime beaucoup son écriture, et je retire véritablement quelque chose de ses livres. Goodbye Tsugumi se lit très facilement, comme l’était Kitchen également. J’ai beau avoir retiré beaucoup plus de Kitchen que de ce livre, cela reste une œuvre impressionante pour moi, et je vais sans doute dans les années à venir lire tous les livres de Banana Yoshimoto (en français si disponible). Personnellement, je recommande à tout le monde d’essayer de lire au moins un livre de Banana Yoshimoto. Ça plait, ça plait pas, de toute façon il n’y a rien à y perdre, mais pour ceux en quête d’auteurs qui pourraient plaire, je signale que j’aime énormément ce qu’écrit cet auteur.

Categories
Travail

Un peu de vocabulaire

Une fois n’est pas coutume. Un mot japonais que j’ai appris cette semaine: 海底ケーブル. Ça signifie “câble sous-marin”. Comme les câbles sous-marins qui ont été rompus à cause des tremblements de terre récents. (notez que c’est le genre de mot dont on comprend tout de suite la signification grâce aux kanji, même sans avoir jamais ni entendu ni vu ce mot auparavant)

Des (gros) clients ont hurlé, des gens de chez nous ont passé quelques nuits blanches. Au Japon, à priori pas de nuit blanche pour nos employés, juste beaucoup d’heures supp jusqu’à pas d’heure, mais dans d’autres pays comme les US par exemple, il y en a qui ont morflé. De leurs propres mots, reçus par des updates en internes, ils ont installé une “salle de guerre” permettant de suivre l’évolution de la situation et des réparations en temps réel, 24h sur 24.

La majorité des câbles sous-marins qu’on utilisait ont donc été rompus (du moins le traffic ne passait plus par eux), donc redirection de tout le traffic vers les continents (Asiatique et Américain) vers le restant des câbles qui fonctionnaient toujours, hélas pas en nombre suffisant pour amortir tout le traffic, ce qui a eu pour effet de ralentir tout ce traffic, avec en prime beaucoup de paquets jetés à la poubelle (selon leur qualification QoS, c’est là où on voit l’importance de ces lignes dans les contrats).

Bon, la réparation des câbles va prendre des jours, mais la boite a négocié l’utilisation d’autres câbles dans les 24h, ce qui a ramené la stabilité du traffic proche de son état avant les tremblements de terre. Ils devaient bien avoir des accords pour dans ce genre de catastrophe, mais c’est quand même impressionant d’avoir vu cette situation revenir à un niveau acceptable en si peu de temps.

Categories
Ryu

Des nouvelles de Ryu

J’en ai donné plein ces derniers temps, mais cette fois-ci c’est plus sur l’évolution de Ryu de petit bébé à grand bébé.

Ryu a fêté ses 10 mois, et n’a toujours pas une dent. Et il n’y en a pas à l’horizon non plus. Elles vont toutes sortir en même temps, vous allez voir. La nuit en se couchant, pas de dents, et le matin au réveil, paf! toute les rangées du haut et du bas seront là. Je prends les paris.

Pourtant des dents, il en aurait besoin pour passer à de la nourriture un peu plus solide que sa bouffe actuelle. Parce que manger, il aime beaucoup (c’est son côté japonais, les japonais ne pensent qu’à baffrer). Il engloutit ses biberons de 200ml en 5 minutes, et il mange tout ce qui passe près de sa bouche; carottes, riz, pain, … et même les chats (ce qui nous donne des poussées d’adrénaline à nous précipiter pour éviter que le chat ne donne une baffe, et pour laver le visage de Ryu).

Les chats sont cools avec Ryu. Darma n’aime pas se faire empoigner et tordre la peau dans tous les sens par Ryu, mais elle ne cherche qu’à fuir, jamais à griffer Ryu. Ceci dit, elle n’hésite pas à passer à côté de Ryu (surtout quand il lui tourne le dos), et on ne sent aucune animosité envers Ryu. Jordan, lui, carrément se couche près de Ryu, et s’éloignera quand Ryu jettera son dévolu (et sa salive) sur lui. Deux, trois fois, quand Ryu était en train de lui tordre le muscle de la cuisse, on a senti qu’il était près à lui envoyer sa patte dans la tête, mais on a évité les dégâts. En gros Jordan n’a pas peur de Ryu, mais n’est pas près à le traiter en bébé. C’est problématique. Les chats n’ont pas d’animosité envers Ryu, et n’ont pas l’air de lui en vouloir d’avoir à coucher en dehors de notre chambre. Tant mieux, mais c’est pas pour ça qu’on va laisser les chats seuls avec Ryu dans une même pièce; le côté traitre de nos chats, on connait.

Ryu s’est mis à parler. Il par le beaucoup, mais dans une langue inconnue. On croit reconnaître un “papa” ou un “mama”, mais ça ressemble à du “wishful-thinking” tout de même. C’est quand même rudement agréable de l’entendre babiller à tort et à travers.

Enfin, la grande nouvelle est que Ryu s’est mis debout tout seul. C’était le 13 juillet, dans son parc. On pense et espère que si c’était arrivé à la crèche avant, ils nous l’auraient dit, alors on pense que le 13 juillet, c’était la première fois. On va dit dire que c’était la première fois qu’on l’a vu par nous-même. S’aidant des murs de son parc, il s’est hissé vers le haut. Ça a l’air de demander beaucoup d’effort, alors il ne le fait pas souvent, mais une fois par jour environ…quand il voit un truc qui l’intéresse sur le sofa ou sur notre table de salon, il se débrouille pour se mettre debout. Ça manque terriblement d’assurance, et ça se solderait souvent par un atterissage fracassant sur les fesses, voire bien pire…si on n’était pas à côté pour assurer sa chute. Mais il va y avoir des accidents, ça paraît clair. Au moins dans son parc, ça devrait aller car on lui a installé un tapis rembourré (c’est pas ce qu’il y a sur la photo). C’est toujours mieux que le parquet.

Categories
Japon Loisirs Ryu

Matsuri de la crèche

Je rappelle qu’on peut traduire l’évênement par “kermesse”.

C’est avec un Ryu un peu fiévreux (environ 37゜) qu’on s’y est rendus (le 18 juillet). Il aurait fallu que Ryu soit bien malade pour qu’on n’y aille pas, Yukiko étant très motivée (il est tombé bien malade juste après…). Ce jour, après s’être réveillés d’une sieste tardive et avoir mis son kimono à Ryu, on y est allé à pied tranquillement (environ 30 min de marche). On est donc arrivés 1h en retard (la sieste fut vraiment très longue). Notez que Ryu avait un bavoir imprimé avec son nom (Yukiko l’a acheté tel que); en effet, Ryu a un nom assez probable d’apparaître sur tout ce qui concerne les évênements un peu traditionnels. Ce bavoir a eu un franc succès envers ceux qui connaissaient déjà le prénom de Ryu.


Je le dis d’emblée: ce matsuri était des plus réussis, la qualité organisationnelle du corps des nounous, leur motivation et les activités proposées étaient extrêmement satisfaisantes. J’ai été vraiment impressionné.

Dû à notre retard, nous n’avons pu faire que trois activités des quatre proposées; nous avons laissé tomber le coin “rencontre avec des étrangers” (on l’a déjà à la maison), pour faire les ateliers “construction de moulin à vent”, “maison fantôme”, et yoyo.

La construction du moulin à vent, c’était moyen. Oh, l’activité en elle-même était bien, mais Ryu n’en avait rien à foutre du moulin à vent (il a essayé de le manger), alors que tous les gens autour l’impressionaient bien plus.

La maison fantôme était formidable; basée sur l’histoire de l’excellent livre “ねないこだれだ”, les nounous ont réussi à tranformer une salle de garderie en un petit circuit peuplé des personnages du bouquin, avec des fantômes qui sortent de nulle part, et quelques effets spéciaux bien sentis. Ryu, lui, n’a eu peur de rien, mais il ne quittait pas les fantômes des yeux, les dévisageait (si on peut dire), et se demandait assez clairement ce dont il s’agissait (fronssement des sourcils etc). Qu’un fantôme le chatouille ne l’a pas dérangé le moins du monde.


Les yoyos, Yukiko en a récupéré un en vitesse alors que le matsuri était officiellement fini; il s’agit en fait d’un ballon gonflabe rempli au cinquième d’eau, avec un élastique fermant son embouchure. En attrapant l’élastique et en tapant sur le ballon avec la main, celui-ci va faire un mouvement vertical (de haut en bas, puis de bas en haut) grâce à l’inertie apportée par l’eau, et à l’élastique. Vaguement amusant, mais évidemment c’est pas de l’âge de Ryu.


Enfin, le clou du matsuri était le défilé des chars (mikoshi) construits par les enfants. Un mikoshi par classe d’âge, à partir de 3 ans. C’était mignon.


Sinon pour les impressions un peu plus générales, Yukiko et moi avons été impressionés par le taux de participation des enfants/parents. Il y a à peu près 90 enfants dans cette crèche, et à vue de nez on était à peu près à ce chiffre chez les enfants. Tous étant bien évidemment accompagnés par un ou deux parents, ça faisait du monde. Imaginez que tout ce monde tenait facilement dans la crèche; c’est une grande crèche.


Autre chose, tous les enfants de 3 ans et plus étaient en kimono. Ce n’était pas une directive donnée par la crèche, et pourtant ils étaient tous en kimono. Ça dit quelque chose sur la motivation des parents. Oh bien sûr, un kimono pour un matsuri, c’est quelque chose de banal au Japon, mais un kimono pour enfant, c’est un vêtement de plus qui va peu servir (encore moins que tous ses autres habits), et il y a des parents pas aisés financièrement.

Une journée excellente donc, et une bonne surprise au moins pour moi. Jamais un matsuri ne m’avait autant bougé intérieurement. Ryu en est sorti complètement rincé, sur le chemin du retour il dormait dans sa poussette, que je poussai dans toutes ces putains de côtes entre la crèche et chez nous (c’est San Francisco par ici).

Categories
Ryu

Sortie de l’hôpital

Ryu est sorti samedi matin, apparemment en pleine forme et débordant d’énergie. Il passait rapidement d’une humeur gaie à une grosse crime de larmes quand une infirmière le touchait (pour lui enlever un pansement par exemple), mais en dehors de cette perte de confiance dans le personnel médical, ça allait bien.

La semaine fut difficile, comme je l’ai raconté précédemment. Au moins ses deux otites sont complètement guéries (après analyse, il n’y a plus d’infection dans les oreilles), mais ça lui aura coûté entre autres de se faire percer les deux tympans. Le plus difficile fut sans doute les poses de perfusion, que Ryu arriva à retirer 4 fois par lui-même peu de temps après. Ses bras sont couverts de bleus et de trous. En fait il a tellement de trous qu’on dirait Jésus Christ.

Il semble même qu’ils aient raté la veine une fois mais ne s’en soient aperçus que plus tard. Après rectification de leur erreur et sur grognement de plainte de Yukiko, l’infirmière minimisa la chose en précisant que “si ils avaient complètement raté la veine, ce qu’ils lui avaient injecté ne serait pas rentré”. Le personnel médical sait voir le côté positif des choses…quand il s’agit de leur boulettes. C’est d’ailleurs à cette infirmière que Ryu saisira le masque, le tira et… le relacha. Après “Scratch l’escargot” et “Paf le chien”, voici l’histoire de “Splatt l’infirmière”.

Rendez-vous pris pour vendredi prochain, avec radio à prendre pour suivre l’évolution de la pneumonie et vérifier qu’elle disparaît. Yukiko a lié de bons contacts avec sa voisine de chambre et elles ont échangé leurs emails. La voisine avait un bébé de 7 mois qui avait a-priori un bien plus gros problème que Ryu (crises épileptiques), mis en évidence par un MRI, mais avec une cause incertaine. Pauvre bébé.

Pour info, la semaine d’hospitalisation aura coûté environ 10000 JPY (75 €), dont 8000 JPY pour Yukiko (la location de son lit de camping et sa nourriture au lance-pierres). Une paille, vu tout ce qui a été fait.

Ryu est en forme, et le premier jour à la maison, il n’a pas arrêté (sauf pour la sieste!) de gambader et s’amuser. Cette video vous montre son humeur.